Societé

Tumulte à Dapaong autrefois connu pour son calme

Dapaong fait parler de lui. Un élève de 12 ans est mort lundi à Dapaong lors de troubles dans cette ville du nord du Togo. Des groupes d’écoliers, âgés parfois de moins de 10 ans, ont incendié le commissariat, la Mairie, des commerces et des véhicules. La gendarmerie a tenté de disperser la foule. C’est à ce moment que le drame est survenu.

Dans un communiqué publié ce soir, le gouvernement a présenté ses condoléances à la famille et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Car outre le jeune homme, un élément des forces de défense a été grièvement blessé à la tête et transporté d’urgence vers le CHU de Lomé.

« Au cours de cette manifestation, des tirs de sommations des policiers ont atteint mortellement un élève âgé d’environ 12 ans », précise le texte. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances des incidents et pour envisager, le cas échéant, les sanctions appropriées à l’encontre des auteurs.

Par mesure de sécurité, le gouvernement a décidé de fermer temporairement tous les établissements scolaires, publics et privés du pays.

Cette agitation est partie d’un mouvement de grève lancé par un groupement de syndicats de base. Des enseignants grévistes, agissant sur ordre ou de leur propre chef et bien imprudemment en tous cas, ont incité les élèves, petits et grands, à quitter les salles de classe pour aller manifester en faveur de leurs professeurs

Les troubles ont débuté la semaine dernière à Lomé. Notons également que le ministre de l’Eau, Bissoune Nabagou, a été agressé lundi à Barkoissi (600 km au nord de Lomé, préfecture de l’Oti) par des élèves qui ont attaqué son véhicule.

«Au niveau de Barkoissi, nous avons été pris à partie par des élèves qui ont commencé à lancer des pierres sur le véhicule. L’un d’eux a brisé le pare brise et est venu toucher ma tête, juste au dessus de l’œil », a expliqué le ministre choqué, lors un entretien téléphonique avec Republicoftogo.com. Il s’est immédiatement rendu dans une clinique de Tandjoaré.

Depuis plusieurs jours, des écoliers et des lycéens, encouragés par des enseignants grévistes, manifestent parfois violement dans plusieurs villes du togo. A Dapaong lundi, ils ont incendié le commissariat, la Mairie et de nombreuses motos. A Lomé vendredi, des groupes de jeunes avaient saccagé des établissements privés.

De nombreux gamins, âgés parfois de 8 ou 10 ans, participent à ces violences.

Publier un Commentaire