Technologie

A quand la libéralisation de l’Internet monopolisé par Togo Telecom?

Peut-être l’alternative à l’ADSL et au Wimax. Un chercheur togolais, Victor Kossikuma, a breveté en 2004 le Polyvalent Wireless Communication System (PWCS) qui se présente comme une alternative économique capable de réduire la fracture numérique dans les pays en développement.

Le PWCS, assure son inventeur, permet d’obtenir des débits comparables à ceux de la fibre optique pour un coût 10 fois inférieur.

Une technologie déjà expérimentée dans les laboratoires du groupe Thales. 

Le PWCS fonctionne comme une fibre optique virtuelle qui utilise les hyperfréquences par les airs. Techniquement, c’est un système de ligne de vue qui transmet le signal entre deux antennes – l’émetteur et le  récepteur. Le récepteur est relié à l’utilisateur par un câblage, optique ou non. L’abonné, muni d’un décodeur, peut alors disposer de haut débit permettant de bénéficier du triple play (Internet, téléphone et télévision).

En outre, chaque récepteur peut également devenir un émetteur relais pour desservir les zones grises difficilement couvertes par les réseaux classiques.

« Cette infrastructure peu coûteuse permettrait ainsi d’amener le très haut débit dans des zones peu peuplées et de garantir ainsi un accès universel à peu de frais. Le procédé a déjà été testé en situation réelle à Auger Saint Vincent, à 50 km de Paris », indique Victor Kossikuma.

Le PWCS est déjà utilisé par l’université de Ouagadougou au Burkina Faso et par l’UEMOA. Alors à quand au Togo ?

Publier un Commentaire