Politique

Un Togo uni, paisible et prospère…Nicolas Lawson, le modérateur !

Il refait enfin surface après une longue absence sur la scène politique togolaise, lui qui réagissait au moindre fait marquant l’actualité. Après cinq mois de pause (sa toute dernière sortie médiatique remonte en janvier dernier) et après moult réflexions et analyses dans l’ombre, Nicolas Lawson, le patron du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR), revient avec un crédo : l’unité nationale.

Dans un document de proposition de sortie de crise, Nicolas Lawson lance un appel à tout le peuple togolais à épouser sans défaillance la cause sublime de la fraternité humaine, de la tolérance et de l’unité nationale. A travers cet appel pressant, le président du PRR entend ainsi aider le Président de la République à satisfaire la totalité des revendications de la STT ; à restaurer l’autorité de l’Etat et à refonder une nation unie, paisible, juste et prospère.
« Nous devons impérativement pousser l’élan de nos âmes vers la paix civile, la fraternité, la justice sociale, la solidarité et l’unité nationale », a écrit M Lawson réagissant ainsi par rapport à la division qui règne entre les partis politiques.
« Nous devons transcender cette tragique dichotomie du pouvoir d’un côté et l’opposition de l’autre côté », préconise Fo Nico.
Seule l’union peut, selon ce dernier, aider à résoudre les problèmes. C’est ainsi que le reconverti, si on peut l’appeler ainsi, estime que : « C’est en étant unis, dévoués et conciliants que nous règlerons les lourds problèmes du chômage massif de nos jeunes, de la dégradation de nos universités, de nos écoles, de nos hôpitaux, de nos cadres de vie, des bas salaires, de la pauvreté ambiante ».

« Trop de togolais souffrent et notre pays régresse gravement. Si nous continuons à nous diviser, à nous combattre, à nous draper de faussetés évidentes, nous ne laisserons qu’une société de souffrance humaine, d’indignité, de désordre politique et sociale et de désillusion », croit-il fermement.
Au Chef de l’Etat, il a lui a suggéré de renforcer la politique d’ouverture et de favoriser la mise en place d’une CENI consensuelle avant l’organisation des prochaines élections.

Pour cela, M Lawson propose l’aide son parti pour l’accomplissement de cette noble mission.
Sur l’affaire des incendies et la mort des deux jeunes Douti et Ansèlme à Dapaong, M. Lawson déplore que ce ne sont que des conséquences désastreuses de cette lutte politicienne dévorante qui ont conduit à cela.

Blaise Akame

Publier un Commentaire