Societé

Projet « Fysic » : Éric AGBOKOU fait le bilan

Démarré en début d’année 2013 par une série de formations entrepreneuriales à l’endroit de 60 jeunes togolais, puis un voyage en Italie en mai dernier de six (6) jeunes entrepreneurs, le projet Fair Young Suitnable Inclusive and Coopérative (Fysic) vient de présenter au public togolais, les fruits de ses travaux, notamment la fabrication traditionnelle du Chocolat au Togo. Le Président de l’ONG EFD et Coordonnateur national du Projet FYSIC fait le bilan à mi-parcours de cet ambitieux projet et annonce la participation des jeunes du projet à la prochaine foire de Sicile en Italie en octobre prochain et celle de Togo 2000 en décembre.

                                                                                                      

 

Afreepress : M Éric AGBOKOU vous êtes le coordinateur du projet FYSIC à Lomé vous revenez de l’Italie avec une délégation de jeune togolais, dites nous brièvement ce qui a été fait en terre italienne ?

 

Éric AGBOKOU : Tout d’abord, le projet Faire Young Suitnaible Inclusive and coopération (Fysic), est un projet du programme de la Jeunesse en Action – Youth in the world 2007/ 2013 de l’UE, qui est un axe de développement pour la création de liaison entre les jeunes européens et les jeunes d’autres pays du monde. Ce projet est soutenu par l’EACEA, L’Agence exécutive « Éducation, audiovisuel et culture » de l’Union européenne et par la Coopérative Monimbo de l´Italie en collaboration avec l’Association des Jeunes et Enfants de la Côte d’Ivoire, l’Enfant – Foot – Développement du Togo et Nazemi de la République tchèque.

Il offre la possibilité de discuter des enjeux du commerce équitable, le tourisme responsable et les chaînes d’approvisionnement durables de cacao.  Le FYSIC se veut un cadre d´échange de jeunes entrepreneurs dans un contexte interculturel et de commerce équitable entre les jeunes de l´Europe et d´Afrique. Alors notre séjour en Italie plus précisément à Modica en Sicile, a été organisé de la sorte que les jeunes puissent vivre en live les réalités européennes et les questions relatives l’auto — emploi des jeunes :

  • la fabrication artisanale de chocolat ; le commerce équitable ;
  •  
  •  le tourisme responsable
  •  la gestion des coopératives
  • utilisation des logiciels libres tels que Linux et Tor project

 

 De quels moyens avez vous disposez pour faire ce voyage ?

 

Éric AGBOKOU : Ce projet a été financé en partie par le programme de la jeunesse en Action de l´Union européenne et avec une participation locale de notre Organisation qui est EFD. N’ayant pas de ressources financières suffisantes, nous avons mis à contribution les ressources humaines de notre association qui nous ont été d’une grande utilité. Il convient de rappeler que les inscriptions pour postuler à ce projet étaient ouvertes au public via les médias.

 

 

Qu’est ce que ce voyage apporte de nouveau au Togolais en général et à EFD en particulier ?

 

Éric AGBOKOU : Du nouveau dans ce projet est la fabrication du chocolat togolais à partir des méthodes et techniques simples. Ce qui garantit une autonomie aux producteurs qui sont les paysans togolais. S’ils ne peuvent pas vendre les fèves de cacao, on peut s´attendre qu´ils transforment eux — même en chocolat. Pour EFD c’est une grâce de bénéficier de cette opportunité. C’est également une expérience de plus pour notre jeune association de vivre ces réalités

 

 Quels perspectifs en vue après ces formations ?

 

Éric AGBOKOU : Nous travaillons pour voir ce que nous aurons à présenter en octobre prochain à la foire de Sicile en Italie et probablement à la foire Togo 2000. Nous attendons mettre sur pied un programme national de promotion de la culture de cacao et une structure de sa transformation sur le plan local.

 

 

La finalité de ce projet ?

 

Éric AGBOKOU : La première finalité de ce projet est de mettre les jeunes des 4 pays à savoir l´Italie, le République tchèque, la Côte d´Ivoire et le Togo ensemble, afin de créer un réseau nord — sud d´échanges et de partages qui défie toute contrainte géographique, culturels et linguistiques. 

La seconde est de permettre aux jeunes d´acquérir des connaissances pratiques dans la création d´entreprise dans les domaines de commerce équitable, du tourisme responsable, et surtout dans la fabrication artisanale de chocolat.

 

Interview réalisée par Afreepress

 

 

Publier un Commentaire