Politique

Législatives 2013 : Le CST inconsolable

Les Togolais ont choisi le 25 juillet leurs représentants au parlement. Malgré toutes les difficultés (provoquées ou non), la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a relevé le défi ; celui d’organiser des élections libres transparentes et sans violence. Les premières tendances de ce scrutin donnent largement vainqueur Union pour la République, le parti présidentiel.

Certains partis politiques comme le Net de Gerry Taama ont salué le processus et reconnu leur défaite. Les missions d’observateurs nationaux et internationaux ainsi que l’Union Européenne  félicitent le Togo.

Pour la première fois sur la Terre de nos aïeux, les  premières tendances d’un scrutin sont connues le jour du vote au cours de « La nuit électorale » diffusée en direct sur la télévision nationale.

Comme on pouvait s’y attendre, le Collectif Sauvons le Togo, incarnation de l’opposition radicale conteste les résultats avant même leurs publications. Le regroupement de partis politiques et d’ODDH n’a cependant pas donné la moindre preuve  pour appuyer sa contestation. Des sources proches de la base du CST rapportent  que le collectif s’apprête à publier des résultats différents de ceux de la CENI qui sont  au complet depuis ce dimanche.

Les mauvais perdants

La réaction du CST qui s’apparente à celle d’un « enfant gâté » soulève des interrogations sur l’honnêteté et la crédibilité des leaders qui incarnent cette organisation. De quels résultats parlent le CST ? Comment ce collectif peut-il contester les résultats issus des procès verbaux signés par ses représentants dans les CELI ?

La grosse déception

Le Collectif sauvons le Togo tout comme sa sœur la coalition arc-en-ciel s’attendaient à une large victoire lors de ces scrutins. Ils comptaient sur les foyers de tensions créées ici et là à travers le pays pour affaiblir le pouvoir, le diaboliser et gagner des voix. Les ennemis du Togo ont une fois encore échoué dans leur projet diabolique de déstabiliser le pays. Les arrivistes qui occasionnent des bains de sang sur leur passage ne s’attendaient pas à la maturité des populations togolaises.

Les hommes et femmes, des villes et des campagnes ont jugé le nouveau parti UNIR par ses réalisations et non par les propos et intentions qu’on lui prête.  Le parti porté par le président de la République Faure Gnassingbé s’est engagé depuis sa création à répondre aux besoins des populations. De la gratuité de l’école et de la césarienne, en passant par la construction des forages, Unir était là quand le peuple avait besoin d’elle.

Source: peuplevision

Publier un Commentaire