Politique

La STT menace de reprendre ses mouvements de grève.

La Synergie des Travailleurs du Togo (STT) a repris ses activités ce mercredi à Lomé à travers une Assemblée générale (Ag) de « remobilisation » de la base. C’est au Centre Communautaire de Tokoin que s’est tenue la rencontre .Plusieurs travailleurs y ont pris part.

Les responsables de la STT ont, dans un premier temps, fait le point des négociations à la base : les nouvelles propositions faites par la Synergie et celles du gouvernement, ainsi que la réaction de la coordination de la Synergie face aux propositions du gouvernement.

« C’est une assemblée de remobilisation de la base. Il s’agit essentiellement  de recueillir les avis au niveau de la base en vue d’envoyer dans les plus brefs délais, un courrier de relance à l’endroit du gouvernement togolais pour reprendre les négociations sur la plateforme de revendications de la synergie », a déclaré Gilbert Tsolenyanou, porte-parole de la STT.

Selon lui, les points de la plateforme n’ont pas changé : « il y a au total huit points. Trois ont trouvé un début d’entente et les autres n’ont pratiquement pas trouvé de début de solution »

« L’essentiel, c’est par rapport au point 1 qui concerne la valeur indiciaire. Au vue des négociations que nous avons eues jusqu’à aujourd’hui, le gouvernement propose 18% avec 5.000 F.CFA d’indemnité pour les travailleurs qui n’auraient pas atteint l’équivalent des 20.000 F.CFA. La Synergie propose au finish, 50% avec une indemnité compensatrice pour que ceux qui n’ont pas atteint les 20.000 F.CFA puissent les avoir », a-t-il indiqué.

« Nous ne sommes pas d’accord pour la proposition du gouvernement. Nous lui avons donc envoyé un courrier de non recevoir », a souligné Gilbert Tsolenyanou.

Fortement implantée dans les secteurs de la santé et de l’éducation, la STT avait paralysé à plusieurs reprises entre Mars et Avril, ces deux secteurs suite à des mouvements de grève.

Le Centre Hospitalier et Universitaire (CHU) Sylvanus Olympio – le plus grand centre de santé du  Togo a toujours fait les frais de ces grèves.

Publier un Commentaire