Faits divers

Togo: 2006-2013, deux éclipses qui bénissent l’action de Faure Gnassingbé

En l’espace de sept (7) ans, les Togolais ont vécu deux fois l’éclipse exceptionnelle du soleil. La première fois, et comme c’était vraiment la première fois, on avait redouté cet événement pourtant normal. Mais les signes naturels ont leurs significations profondes dans la vie humaine et des nations. C’est d’ailleurs les êtres humains qui l’observent. Des Togolais – opposants – avaient considéré l’éclipse de 2006 comme le signe de la fin du « règne » du Général Eyadema. Ils ne disent rien pour celle de ce 3 novembre 2013, parce qu’ils n’ont rien à dire.

Mais il faut dire que l’éclipse ne s’était pas produite en 2005, mais en 2006 où le président Faure Essozimna Gnassingbé a annoncé les principales mesures pour éclipser durablement les dissensions et les ferments de divisions entre Togolais. Cette éclipse avait été à juste titre comprise comme un évènement qui traduit la force de la lumière face à l’obscurité et au noir dont avait été peint le Togo par certains de ses propres fils. C’était le point le tournant décisif de la délivrance de la « Suisse de l’Afrique ». Lorsque le Président Faure Gnassingbé arrive sur les lieux saints de Jérusalem, fin novembre 2012 lors de sa visite d’Etat en Israël la nature change deux fois, au moment de la mise en terre de l’Olivier la matinée et sur l’esplanade du Mur des lamentations le soir. Shimon Pérès, Benjamin Netanyahu et les leurs ont vite conclu que Faure Gnassingbé est le seul capable de faire du Togo, un « Israël d’Afrique ».

Et pour montrer que la Nature aime ceux qui l’entretiennent, les faits se sont succédé qui consacrent la victoire même sans combat sur les forces du mal et sur les projets approximatifs de société de certains acteurs de la vie politique togolaise. Comme le soleil reprend sa vigueur après l’éclipse, le Président Faure Essozimna Gnassingbé n’a pas hésité à se retirer du pouvoir en février 2005 pour éviter à son pays la cascade de sanctions internationales qui planaient. Il gagne les élections du 24 avril quoique sur fond de contestations traditionnelles et confirme la popularité de son projet de société par la victoire de son parti aux législatives du 14 octobre 2007 – un bon anniversaire pour la Constitution de la IVème République (14 octobre 1992) !

En 2010, tous ont compris le besoin de rassemblement et se sont regroupés autour des candidatures uniques de l’opposition divisée, dont la branche radicale prend la clé de la rue pour y faire un championnat depuis le 6 mars 2010. Exacerbé, le peuple lui colle un cinglant revers aux dernières législatives du 25 juillet 2013. Les opposants contestent la victoire de l’Union pour la République (UNIR) qui vient de lui faire un geste d’ouverture en leur offrant la présidence de quatre (4) commissions parlementaires sur les neufs qui composent le Parlement. Une autre étape de l’éclipse, n’est-ce pas ?

L’éclipse de ce 3 novembre 2013 n’est qu’une bénédiction pour l’action du Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé. C’est un signe fort de la métamorphose du Togo, qui sort de sa léthargie infrastructurelle et économique.

Les scientifiques font leur description du phénomène d’éclipse solaire, mais les communicateurs aussi en établissent un lien avec les sociaux et politiques. Qui dit que l’échec des « derniers tours de Jéricho » n’est pas une autre étape de l’éclipse ? Et le phénomène se poursuit vers les élections présidentielles de 2015.

Que signifie cette éclipse dans la débandade qui ne fait que commencer dans les rangs de l’opposition ?

En tous cas, Essozimna ! Dieu seul sait !

Publier un Commentaire