Technologie

Festival de Cinéma de Lomé : « accorder une attention particulière au film court métrage…»

Un nouveau festival s’annonce dans le monde cinématographique togolais. Le « Festival de Cinéma de Lomé » (FESCILOM) se déroulera dans la capitale togolaise du 24 au 27 avril 2014. Placé sous le thème, « Cinéma et économie numérique », ce rendez-vous de partage et de rencontre entre les professionnels du cinéma togolais et étrangers servira également de cadre pour des ateliers de formations théoriques et pratiques en production cinématographique. Joël Misseboukpo, délégué du FESCILOM répond aux questions de la rédaction.

 

Monsieur Joël Misseboukpo, vous êtes le Délégué Général du Festival de Cinéma de Lomé (FESCILOM).  Qu’est-ce qui motive la création de cet événement ?

L’idée de création d’un festival dénommé « Festival de Cinéma de Lomé » (FESCILOM) est née du constat suivant lequel il n’existe pas encore dans notre pays un véritable cadre professionnel de rencontres périodiques et régulières, de formations, d’échanges et de promotion d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles locales. C’est dans ce souci de professionnalisme, aussi bien dans la chaîne de production du film qu’à l’échelle de la diffusion des œuvres filmiques que nous avons opté pour la création du  FESCILOM.

Porté par l’Association Lis Pour Jeunes, ce festival est un cadre de discussion et de formation pour les professionnels et aspirants aux métiers du cinéma, un cadre de promotion des œuvres cinématographiques et audiovisuelles, un fertilisant pour l’éclosion du cinéma au Togo, en Afrique et dans le monde.

Le festival a pour objectifs de démythifier le métier du cinéma et d’en faire une profession ; de contribuer à l’émergence d’une véritable industrie cinématographique au Togo, de favoriser les échanges entre les professionnels du cinéma, de promouvoir le secteur du cinéma togolais, de permettre l’accessibilité des cinéastes locaux aux marchés sous-régionaux, africains et internationaux, de promouvoir l’accès des femmes aux métiers du 7ème art au Togo.

 

Le FESCILOM n’est pas l’unique festival de cinéma au Togo, quelle en est la particularité ?

Evidemment le FESCILOM n’est qu’un festival qui vient en appui aux autres festivals déjà existant mais donne l’ouverture sur plusieurs spécificités.

L’une des spécificités, est d’accorder une attention particulière au film court métrage fiction comme documentaire. Nous pensons d’ailleurs que les jeunes réalisateurs togolais doivent se tourner plutôt, sinon davantage, vers le court métrage, mais en conjuguant avec des productions de bonne qualité, si nous voulons créer une industrie cinématographique au Togo et dans la sous région. Dans cet esprit, nous bénéficions d’un partenariat avec le Festival du court métrage de Clermont-Ferrand, le club Nieba International, tous deux basés (France), et le studio de production Clando Records en Allemagne qui nous accompagnent dans ce projet.

D’autre part, il s’agit de créer le 1er marché du film au Togo qui exposera les productions nationales et ceux des pays de l’Afrique notamment.

Une autre spécificité est de mettre les femmes au devant de la production audiovisuelle et cinématographique sur le plan national à travers les métiers du 7ème art.

Au-delà de son rôle de diffusion et promotion du film, avec une attention particulière au court métrage, le FESCILOM est également une plateforme de diffusion et promotion du clip vidéo musical.

Pourquoi choisir d’associer le clip vidéo musical à un festival de cinéma ?

Le FESCILOM est un événement qui promeut le cinéma mais aussi la musique à travers le clip vidéo. En effet, cet événement offre une opportunité de visibilité au clip vidéo musical, une visibilité au-delà de son circuit ordinaire de diffusion qu’est le visionnage vidéo ou télévisuel à travers les émissions musicales.

Une des raisons qui sous-tendent ce choix est de permettre au grand public, particulièrement au public cinéphile, de regarder autrement ces productions audiovisuelles, dont le processus de production est quasiment semblable à la production filmique. Il est avéré que certains clips vidéo sont de véritables films courts métrages, du scénario au montage en passant par la réalisation, la mise en scène, le tournage, etc.

La promotion au cours du Festival de cinéma de Lomé du clip vidéo peut donc, non seulement aider à la promotion de la musique à travers l’amélioration des clips vidéos, mais aussi et surtout, ce peut-être, un autre chemin pour parvenir à la production ou réalisation filmique. Bref, les réalisateurs du clip vidéo peuvent devenir des réalisateurs de film, des cinéastes donc.

 

Quel est le menu de la première édition du FESCILOM ? Quelle est la périodicité du FESCILOM ?

Le thème de la 1ère édition du Festival de Cinéma de Lomé (FESCILOM) est « Cinéma et économie numérique » et il proposera dès sa première édition qui se tiendra à Lomé (Togo) du 24 au 27 avril 2014, des ateliers de formations théoriques et pratiques en production cinématographique, des rencontres entre professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, des masters class, des projections de films, des projections de clips vidéos, des spectacles de musique, des compétitions dotées de prix pour la sélection officielle de films et de clips vidéos musicaux, des conférences-débats, le marché du film, etc.

D’éminentes personnalités du monde cinématographique, en provenance du Togo, d’Afrique et d’Europe, ont déjà annoncé leur participation à cette première édition.

Le FESCILOM est un événement annuel.

 

Qui peut participer au FESCILOM ?

Le Festival de cinéma de Lomé est ouvert à tous les professionnels et amateurs des secteurs du cinéma et de l’audiovisuel, y compris les différents acteurs qui interviennent dans la production du clip vidéo : producteurs, réalisateurs, scénaristes, cameramen, cinéastes, promoteurs culturels, mécènes, comédiens, etc., sans oublier les cinéphiles et le grand public.

 

Quels sont vos rapports avec les sponsors et éventuels partenaires ?

Aujourd’hui notre tout premier remerciement va au chef de l’Etat togolais, Son Excellence Faure Essozimna Gnassignbé, qui, grâce à sa politique culturelle, s’intéresse à l’évolution de la chose culturelle ; nous n’en voulons pour preuve que le Fonds d’Aide à la Culture désormais opérationnel. Nos remerciements vont également à Mme Kouméalo Anaté, Ministre de la communication, de la culture, des arts et de la formation civique, et toute son équipe à qui nous tirons aussi chapeau pour leurs efforts et accompagnement.

Ensuite, nous remercions toutes ces institutions et structures qui ont cru au projet et en l’équipe du FESCILOM qui compte aller « jusqu’au bout de la perfection » comme le stipule la devise du festival. 

C’est l’occasion d’inviter tous les médias et partenaires de se retrouver au lancement officiel de la 1ère édition en février 2014.

Publier un Commentaire