Faits divers

TOGO: Entretien avec le Secrétaire Général de la CATO

Espoir ASSOGBAVI « Nous estimons que l’arbitrage va aider à assainir notre environnement juridique et judiciaire et à faire en sorte que l’investissement privé soit attractif au Togo… »

Voici venue 2014.Et sommes nous toujours à l’heure du bilan au sein des différentes institutions et autres entreprises de la place. Ainsi, nous nous sommes  intéressée à la CATO (cour d’arbitrage du Togo), instituée en 1989. Elle est composée d’un Conseil d’Administration, un Secrétariat Général et un Tribunal Arbitral. M. Espoir ASSOGBAVI, secrétaire Général de la CATO est l’invité de la rédaction. Il fait le bilan de ces deux dernières années d’activités de la CATO ; aussi a-t-il profité pour souhaiter les vœux pour 2014.

BONJOUR Monsieur Assogbavi ?
Espoir Assogbavi : BONJOUR

BILAN SUR LES DEUX DERNIERES ANNEES D’ACTIVITES DE CATO ?
Nous avons effectivement commencé en 2011. Je peux vous dire que de 2011 à 2012, nous avions eu une étape qui concerne la pédagogie et la partie théorique de la chose, c’est-à-dire la mise en place des structures de la CATO, et l’effectivité de la chose en ce qui concerne les séminaires de formations à l’endroit des opérateurs économiques ,des praticiens de droits, par contre la période de 2012 a 2013 nous a permis de rentrer dans le vif du sujet en commençant par l’exercice pratique de l’arbitrage et c’est dans ce domaine que nous avions eu un certain nombre de dossiers que nous avions commencé par instruire et dans la foulée nous avions rendu deux sentences .En sommes ces deux dernières années ont été pour nous des années d’essais et d’exercices pratiques. Nous espérons que l’année prochaine nous aurons encore plus de dossiers qui nous permettront de rentrer en plein pied dans l’exercice de l’arbitrage au Togo.

Vos PERSPECTIVES ?
Nous avions plusieurs séminaires sur des ateliers qui nous ont permis de constater sur le terrain si les apprenants ont bien compris la matière afin de pouvoir remettre dans la vie pratique en évidence tout ce qui ont appris. En partie la chose a commencé par prendre puisque sur l’ensemble des séminaires nous avions eu à initier d’éventuels arbitres qui ont commencé, avec les dossiers que nous avions aujourd’hui, à avoir notre satisfaction. Nous sommes heureux de savoir qu’ils mettent en pratique sur le terrain ce qu’ils ont appris de nous .il faut tout de même reconnaitre que c’est un travail de longue haleine, puisqu’ ‘on ne peut pas du jour au lendemain pour une matière qui est nouveau dans notre pays avoir la satisfaction d’avoir tout donné ou avoir fait tout comprendre aux apprenants.
Pour revenir à votre question nous avions déjà programmé l’année prochaine pour le mois de février de recommencer ces ateliers pour que les apprenants puissent acquérir d’autres connaissances et parfaire leur façon de faire dans la mise en place de nos activités ou de nos différents dossiers. Vu les dossiers que nous avons déjà à disposition sommes nous persuadés de sortir jusqu’à six sentences l’année prochaine.

VOS VŒUX POUR 2014 ?
Je crois que c’est devenu un rituel, je voudrais d’abord souhaiter bonne santé à tout le monde. Egalement mon vœu le plus cher c’est que CATO soit mieux connue de tous les togolais et que l’exercice pratique de l’arbitrage rentre dans les habitudes et les mœurs des togolais pour que l’année prochaine nous ayons plus de dossiers et rendre plus de sentences afin que l’arbitrage puisse devenir un moyen attractif pour les investissement étrangers dans notre pays .nous estimons que l’arbitrage va aider à assainir notre environnement juridique et judiciaire et à faire en sorte que l’investissement privé soit attractif au Togo ,pour qu’il sert de levier au développement économique, au renforcement des capacités , à la multiplication des affaires et qu’il contribue véritablement au développement de notre pays .

Merci  Monsieur Assogbavi ?

Espoir ASSOGBAVI: je vous remercie

Interview réalisée par
Planeteinfo

Publier un Commentaire