Economie

Togo / FNFI : Faure Gnassingbé : « Nous ne pouvons pas laisser dans notre pays les pauvres s’appauvrir davantage »

Chasser la pauvreté hors des frontières du Togo, fait partie des objectifs du président de la République. Depuis la 2005, Faure Gnassingbe multiplie les actions en faveur des populations les plus nécessiteuses. Après Provonat, Aides, Faij  et la  Coalition nationale pour la formation et l’emploi des jeunes, le gouvernement vient de lancer  le Fonds National de la Finance Inclusive. Ce nouvel outil permettra aux couches sociales économiquement faibles d’avoir un accès facile au crédit.

 Le président de la République tout en reconnaissant que les efforts de son gouvernement ne se resettent pas dans le panier de la menagère comme souhait reste confiant qu’il est sur « le bon chemin » pour le développement du pays.  Lomeinfos.com vous prose un extrait du discours de circonstance du président Faure Gnassingbe à Kara.

 

… C’est une véritable coalition contre la pauvreté que nous sommes en train de mettre en place avec ce Fonds National de la Finance Inclusive. Nous nous sommes honorés  nous nous sentons soutenus  par cette énergie qui se dégage de la population. Par ces apports qui nous viennent du Benin mais également des partenaires traditionnels, le Fonds a été expliqué dans toutes les régions. Ici aussi les différents représentants ont apporté leur soutien à cette initiative du gouvernement. Moi, ce que je peux dire en tant premier responsable de ce pays, c’est de vous donner et de vous dire mon total engagement. Tout ce que le gouvernement pourra faire, il le fera pour que ce fonds soit une réussite.

Nous sommes au service de la population et surtout des plus vulnérables. Après les périodes difficiles que nous avons connues, nos amis partenaires nous ont rejoints, les bailleurs de fonds sont revenus et nous avons parcouru un long chemin ensemble depuis 2007-2008 que la coopération a repris.

Le bilan qui a été fait l’année passée, c’est que les choses se sont améliorées mais nous n’avons pas suffisamment pu impacter positivement la vie des plus pauvres. Le reconnaître, ce n’est pas une faiblesse. Il faut d’abord poser un bon diagnostic avant de chercher et de trouver le remède. Et votre présence ici est la preuve  que vous avez avec nous le sentiment que nous sommes sur le bon chemin, que nous ne pouvons pas laisser dans notre pays les pauvres s’appauvrir davantage.

Une des réponses que nous apportons, c’est justement la mise en place de ce fonds. J’ai été réconforté mais également conforté dans notre conviction que la lutte contre la pauvreté est d’abord la responsabilité des Togolaises et Togolais.

Publier un Commentaire