Societé

Togo: Conseil national de la Jeunesse; Des fraudes mises à jour par le gouvernement

Thierry Lakougnon, serait-il irremplaçable à la tête du Conseil National de la Jeunesse ?  Après avoir passé deux mandats sans partage à la tête du CNJ, le premier président de l’institution qui devrait céder la place depuis 2011 est maintenu dans ses fonctions. Tel en a décidé la Ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l‘Emploi des Jeunes Mme Victoire Tomegah Dogbe. Cette dernière a annulé le processus de renouvellement des instances du CNJ qui avait abouti à l’élection Kolani Gartieb à la tête du conseil. La ministre dans un communiqué en date du 21 février 2014, évoque plusieurs manquements graves constatés qui remettent en cause « la crédibilité de tous les organes issus de ce processus ».

Lome Infos vous propose l’intégralité du communiqué de la ministre

Le Ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l‘Emploi des Jeunes
Communique :
Conscient du rôle que doit jouer la jeunesse dans le processus du développement économique et social de notre pays, le gouvernement, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, s’est engagé dans la recherche des meilleures stratégies de créer les conditions idoines capables de favoriser la participation pleine et active des jeunes à la vie de la nation.
C’est dans cette perspective que le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) a été mis en place en 2008, ainsi qu’un bureau exécutif national élu pour un mandat de trois (03) ans à la suite d’un processus auquel ont pris part différentes organisations de jeunes.
Face aux difficultés du bureau exécutif à organiser le renouvellement des démembrements du CNJ arrivés au terme de leur mandat depuis 2011, le gouvernement a demandé au bureau exécutif du Conseil National de la Jeunesse (CNJ) de procéder dans les meilleurs délais au renouvellement de ses différentes instances. Le processus a été lancé en 2012. Malheureusement, les différentes phases de renouvellement ont été émaillées de graves irrégularités et des cas de fraudes.
Face à cette situation qui remet en cause la crédibilité de tous les organes issus de ce processus, et pour des problèmes de morale et d’étique, le Ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l‘Emploi des Jeunes décide d’annuler purement et simplement tout le processus.
Des dispositions sont prises pour reprendre le processus de renouvellement dans les conditions plus transparentes.
Fait à Lomé, le 21 février 2014

Publier un Commentaire