Coopération

Economie : La BAD veut être le chef de file de la relance au Togo

Depuis la reprise de la coopération entre le Togo et ses principaux bailleurs de fonds, les institutions financières internationales s’impliquent dans l’assainissement des finances publiques, les infrastructures susceptibles de contribuer de manière soutenue à la relance et à l’accélération de la croissance. Le Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) est l’un des partenaires stratégiques en la matière.

Après avoir contribué significativement à l’opérationnalisation de la mise en place de l’Office Togolais des Recettes (OTR), se félicite de la détermination du Gouvernement du Togo dans la nouvelle dynamique qu’est l’évaluation des politiques publiques orientées désormais vers la gestion axée sur les résultats.

Dans l’entretien ci-après réalisé par le confrère www.republicoftogo.com, M. Serge Marie N’Guessan, le représentant-résident de la BAD dévoile sa satisfaction devant les choix stratégiques du Togo et les opportunités que son institution offre pour l’Afrique.

Republicoftogo.com : Votre institution est le principal soutien technique de cette rencontre. Pourquoi un tel engagement ? 

Serge Marie N’Guessan : Avant toute chose, permettez-moi de saluer cette initiative du Professeur Kako Nubukpo, le ministre chargé de la Prospective et de l’Evaluation des politiques publiques.

 Je voudrais également témoigner ma reconnaissance au gouvernement pour l’importance accordée à la problématique de l’évaluation des politiques publiques et à la gestion axée sur les résultats en tant qu’outils essentiels de promotion de l’efficacité du développement.

 La BAD accompagne sans réserve cette dynamique en connaissance de cause.

 L’évaluation des politiques publiques et la gestion axée sur les résultats sont essentielles dans le processus de la réalisation des objectifs de développement d’un pays.

 Non seulement elles constituent un outil technique destiné à orienter les ressources vers des cibles définies et à utiliser les informations sur la performance pour améliorer la prise de décision, mais aussi et surtout, c’est un processus de gestion du changement qui influe sur la manière de penser et d’agir en vue de réaliser des effets positifs sur les conditions de vie des populations.

Lui consacrer une semaine est tout à fait enrichissant et productif pour tous les acteurs.

Republicoftogo.com : La BAD développe une stratégie décennale pour l’Afrique. Quels en sont les grands axes ?

Serge Marie N’guessan : Elle  a pour ambition de soutenir davantage les Etas africains, y compris le Togo, à réaliser une croissance qui soit plus inclusive et durable au plan écologique, mais aussi habilitante au plan économique.

Les motivations d’un tel engagement sont multiples. Mais l’essentiel à relever est que l’Afrique connaît depuis plus d’une décennie une croissance économique robuste et soutenue.

Mais une grande partie de sa population vit encore sous le seuil de pauvreté.

Cette embellie économique est atténuée par une crise de l’emploi et une inégalité croissante dans les régions africaines où les fruits de la croissance ne sont pas équitablement partagés.

Republicoftogo.com : La politique économique menée par le gouvernement vous paraît-elle cohérente ?

Serge Marie N’guessan : Il va sans dire que la création récente d’un ministère chargé de la Prospective et de l’Evaluation des politiques publiques dénote son engagement pour une culture de gestion axée sur les résultats. C’est l’une des conditions sine qua none pour assurer un équilibre entre les multiples défis socioéconomiques et la rareté relative des ressources disponibles.

Je salue l’initiative des autorités du Togo visant à engager des réflexions pour la préparation d’une vision prospective de développement à long terme.

Ceci témoigne de la volonté résolue du gouvernement de concrétiser dans les faits la transition du pays vers l’émergence économique et l’amélioration des conditions de vie des populations.

Publier un Commentaire