Economie

Esprit civique en péril : Quand les Zémidjans s’attaquent aux contrôleurs de l’OTR

zemidjan otrDepuis 2012, les opérations de contrôle et de recouvrement de l’Impôt sur le Revenu des Transporteurs Routiers (IRTR) connaissent des difficultés, notamment pour la catégorie des deux roues communément appelés Zémidjans. Ces derniers résistent farouchement à leur immobilisation et mise en fourrière, parfois par la violence. Déjà le 29 mai 2012, les agents des Impôts avaient été pris à partie par des Zémidjans au cours d’un contrôle au carrefour Ramco et plusieurs d’entre eux avaient été grièvement blessés. Lundi 23 juin 2014, les mêmes agressions ont été planifiées pour faire replier les agents du fisc lors des opérations de contrôle au carrefour Todman à Lomé.

Malgré les communiqués les invitant chaque trimestre à payer leur impôt et les multiples rappels et relances par des réunions au Commissariat des Impôts avec les responsables des différents syndicats de transporteurs, cette catégorie de travailleurs s’obstine à ne pas suivre le mouvement. De plus, par la Loi de Finances exercice 2014, le Gouvernement a consenti une réduction de cette taxe jusqu’à près de 50%. Mais cette mesure salutaire du Gouvernement qui fait suite à l’augmentation des prix des produits pétroliers induisant la cherté de la vie, et aux réclamations des syndicats des transporteurs, n’a pas eu d’écho favorable. Alors que ladite mesure vise à permettre à l’ensemble des contribuables IRTR de payer sans difficultés la taxe communément appelée « Trimestre », et à améliorer les rapports souvent conflictuels lors des contrôles, cela n’a pas réduit l’animosité de certains d’entre eux qui se sont jetés dans le camion de convoyage pour s’emparer des motos saisies et d’autres sur les agents contrôleurs et de sécurité qui n’ont pas été épargnés par les violences.

Le Togo n’est pas le seul pays de la sous-région où les taxis-motos paient l’IRTR. Ailleurs, cette corporation est mieux organisée et contribue par ses organisations syndicales à la collecte de cette taxe. D’ailleurs, pour l’exercice 2014, les Zémidjans ne paient que 1250 F CFA par trimestre, soit 5000 F CFA par an. Les véhicules taxis eux, paient 4500 F au lieu de 9000 F précédemment et ainsi de suite jusqu’aux gros porteurs suivant leur tonnage ou le nombre de places assises. Le Commissariat des Impôts a communiqué le nouveau barème de l’IRTR à tous les syndicats des transporteurs pour mettre fin aux abattements fantaisistes et au clientélisme de certains démarcheurs.

Le Commissariat des Impôts use de la diplomatie pour convaincre, faire comprendre et amener les contribuables à adhérer à l’impératif de mobilisation des ressources nécessaires aux dépenses sociales et d’infrastructures socioéconomiques pour tous les Togolais. La collecte des recettes fiscales et douanières sont une mission d’Etat qui ne saurait replier face à la mauvaise volonté manifestement affichée par certaines catégories de contribuables.

R. ADOUKOUNA

Source: www.togopage.com

Publier un Commentaire