Politique

Quelques conseils pour Jean Pierre Fabre, Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) -Togo

JeanPierreFabreMonsieur le Président,

Il m’a pris plusieurs mois pour rendre cet écrit public ; ce sont les circonstances de déroulement des événements qui m’ont obligé.

Présentons les faits tels qu’ils sont. Cette lutte qui a commencé depuis des décennies n’a pas aboutit à des résultats sans conteste vraiment souhaitables : le versement de sang interprétant des milliers de morts, la trahison du peuple, les arrestations postélectorales et arbitraires…en sont les preuves ; vous les connaissez tous ! Et ce n’est donc pas évidemment le choix du peuple togolais.

« 50 ans dans l’opposition, c’est de l’incompétence ?»  Peut-être oui ! Peut-être non ! Quoi qu’il en soit ! Qu’est ce qui montre que vous disposez de stratégies pour diriger le pays dans l’esprit de bonne gouvernance quand vous manquez de stratégies pour parvenir au pouvoir ? Oui, vous avez été longtemps membre de l’Union des Forces de Changement (UFC) ! Si vous n’arrivez pas à unir le cercle de l’opposition togolaise, vous ne serez non plus un instrument de réconciliation nationale.

Sachez que le problème du Togo n’est pas à première vue celui d’alternance ni de démocratie comme c’est le cas dans plusieurs pays du continent.

Vous vous êtes autoproclamé chef de file de l’opposition togolaise ? Non pas du tout sage, même si vous disposez de la majorité à l’Assemblée Nationale. Il faut être en mesure de convaincre tous les partis de l’opposition ; que vous êtes la   personne la mieux placée, digne d’être appelée ainsi : chef de file de l’opposition. Conséquemment, vous aurez leur soutien […] dans toute chose. Etant patron de l’opposition, vous avez un travail à responsabilités illimités…

Soyez consistant avec votre programme de société. Il faut comprendre que seules les marches que vous organisez ne peuvent pas changer la situation – ni causer aucune reforme institutionnelle ainsi que constitutionnelle. Vous devez aller au-delà et transformer ces occasions en une vraie tribune d’éducation citoyenne au lieu de prononcer des discours de haine et des messages évasifs. Ce sont des opportunités pour sensibiliser les manifestants et le peuple tout entier sur le processus électoral, comment voter, comment se comporter le jour des élections etc.

Vous avez écrit au chef de l’Etat concernant les pourparlers des reformes avant les prochaines présidentielles ? Pas du tout sage ! Ce n’est pas une action stratège ni humble…Il fallait bien solliciter le soutien des autres partis.

Ce ne sont que quelques–uns des sujets de réflexion sur lesquels il faut méditer.

Encore, sachez que, ce n’est pas la démocratie ni l’alternance qui garantirait l’avenir des populations africaines.

Isidore Kpotufe, « In the service of Africa »

Publier un Commentaire