Politique

S’achemine-t-on vers un divorce entre le couple ANC et ADDI ?

ANC ADDI

Après la composition des membres de la Commission électorale Nationale Indépendante CENI, le parti politique ADDI, un  allié de l’Alliance Nationale pour le Changement ANC, estime au cours d’une conférence de presse ce 24 septembre 2014, être victime de trahison et d’exclusion politique. Pour être rétabli dans ses droits, ADDI envoi une requête à l’Assemblé Nationale.

 

ADDI, dénonce une injustice

Hier 24 septembre 2014, le parti politique Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral ADDI du Professeur Aimé GOGUE, a fait une sortie médiatique dans l’optique d’exprimer son indignation après l’élection des 3 membres de l’ANC à la CENI il y a 8 jours.

Au menu de cette rencontre, le parti dénonce principalement le comportement de son compagnon politique ANC, de l’avoir piétiné pour parvenir à un consensus parlementaire. Le président du parti Aimé GOGUE affirme que l’ANC s’est accaparé lui seul des 3 sièges qui revenaient au groupe parlementaire ANC-ADDI, et estime qu’en principe une siège lui revenait de droit. Ce coup de gueule, c’était d’après lui pour manifester leur désaccord ainsi que leur désapprobation sur ce comportement de du parti ANC.

« Nous pensons que c’est un élément malencontreux qui s’est posé, il fallait expliciter, il fallait dire ce que nous ressentons, nous regrettons, que nous n’avons pas eu la possibilité de discuter directement avec l’ANC, sa a toujours été notre approche », indiquait le Président du Parti ADDI.

Es somme, il retient 3 chefs d’accusations contre son ami politique ANC. Il lui reproche d’avoir :

  • concédé le siège à l’UFC,
  • refusé de partager les 3 sièges et
  • décidé d’une façon unilatérale et non consensuelle

Alors dans l’espoir de rentrer dans ses droits, le parti d’Aimé GOGUE a déjà entamé une procédure de réclamation. Il a envoyé une requête de suspension de l’envoi de la liste ANC-ADDI à la Cour Constitutionnelle au Président de l’Assemblée Nationale Dama DRAMANI.

 

Le couple demeure toujours uni pour l’instant

Malgré toute cette « tsunami politique », Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral ADDI ADDI ne compte pas pour le moment se séparer de son ami politique ANC.

D’après le responsable du parti ADDI, ce coup de bec « ne veut pas dire que si l’ADDI n’est pas rétabli dans ses droits, le couple ne va pas fonctionner mais nous sommes clairs, nous pensons réellement que ADDI soit rétabli dans ses droits », et le parti compte mettre tout en œuvre pour y parvenir.

Publier un Commentaire