Economie

Benoît AFANGBEDJI saisit la Cour de la CEDEAO en faveur des agents de l’OTR

afangbedji benoit

Ce 21 octobre dernier, Me Gilles Benoît AFANGBEDJI, avocat et Président d’EDH, Ensemble pour les Droits de l’Homme, a déposé une requête à la Cour de Justice de la CEDEAO, au nom de tous ceux qui avaient été chassés de l’Office Togolais des Recettes(OTR). Cette requête demande réparation des cas de violations des droits au travail comme par exemple des tortures psychologiques.

 

Plusieurs agents de l’OTR étaient licenciés
Dans le cadre des nouvelles réformes instituées au sein de l’Office Togolaise des Recettes en vue de lutter efficacement contre la corruption, des milliers d’agents qui travaillent dans le secteur se sont retrouvés au chômage. Pour éviter le contact direct des agents avec l’argent, un guichet unique SEGUCE, a été mis en place. Toutefois, si un ancien agent qui se retrouve actuellement au chômage veut continuer par travailler dans le secteur, il faudrait qu’il se mette en règle conformément aux nouvelles exigences qui sont très difficiles à atteindre.
Les victimes de ce licenciement ont donc fait appel à un avocat, Me Gilles Benoît AFANGBEDJI, dans l’espoir de se faire justice. Estimant que les droits au travail de ces agents licenciés ont été violés, ce dernier s’est dirigé vers la Cour de Justice de la CEDEAO, qui a pour compétence de juger les cas de violations des Droits de l’homme.

 

Suivons les explications de Me AFANGBEDJI :
«Il s’agit d’une requête que j’ai déposée au nom de tous ceux qui avaient été chassés de l’OTR, Office Togolais des Recettes, parce que le Togo, a par les agissements des responsables de l’OTR, violé le droit au travail de tous ceux là qui m’ont constitué pour la défense de leur intérêt au niveau de la Cour de Justice de la Comité CEDEAO.
Par ailleurs, par les agissements des agents, de l’OTR, le Togo a porté atteinte à l’honneur et à la dignité de tous ceux là qui avaient été chassées.
J’ajoute que les agissements des agents de l’OTR également, sont de nature à torturer psychologiquement tous ceux qui sont aujourd’hui amenés, à me constituer pour la défense de leur intérêt auprès de cette cour, parce que vous n’êtes pas sans savoir que la torture n’est pas seulement physique, elle est aussi psychologique.
Lorsqu’on chasse de leur bureau mes requérants donc mes clients, et que leur ordinateurs donc leurs matériels de travail ont été déconnectés du serveur central juste dans l’intention de les faire partir de leur bureau, cela constitue ce que nous appelons atteinte à leur honneur et même une forme de torture parce que la manière dont ils ont été traités, a pu agir psychologiquement sur leur vie et je pense pour ma part qu’il s’agit là d’une torture psychologique » .
D’après l’avocat, les agissements de l’OTR auxquels il fait allusion, ont même porté atteinte à la vie du nommé Dosen Kokou Adado. Il faut donc que la Cour de Justice de la CEDEAO amène le Togo à réparer ces violations.

Publier un Commentaire