Economie

Deux faussaires de billets de banques, arrêtés avec 115 millions de fr CFA

argents-CFA

Dans la nuit du 18 au 19 octobre 2014 au niveau d’Adétikopé qui se situe à environ 17 km de Lomé, deux malfrats de billets de banques ont été surpris par les éléments de la brigade de recherche de la gendarmerie. Ils détenaient dans leur sac de faux billets de banques d’une valeur de 115 millions de fr CFA.

 

Des togolais qui soupirent bêtement après l’argent facile

Après identification, les deux malfrats sont tous des togolais. Il s’agit d’un jeune homme de 24 ans, EDAH Ablam élève en classe de terminale et d’un commerçant de 47 ans, Gouyi Ali résidant, à Togblékopé.

Ils étaient interpellés dans la nuit du 18 au 19 octobre 2014, au cours d’une patrouille de routine de la brigade de recherche, avec des faux billets de banques d’une valeur de 115 millions de fr CFA dans un sac.

 

Les faits

L’un des faussaires monsieur Gouyi ali essaie de relater les faits :

« Je suis rentré en contact avec un peuhl, je lui ai demandé s’il avait le produit de la tension. Il m’a vendu le produit qui a travaillé.

Et après il m’a proposé si j’ai du mercure que lui il va me faire de l’argent, j’ai di que non. Donc de là maintenant, il m’a proposé l’œuf. Il a pris 4 œufs et il a enlevé de l’argent, 10 mil 10 mil dedans, que c’est avec ça il peut me donner.

Il m’a proposé ceci, que si j’ai de l’argent, je n’a qu’à lui donner il va me préparer ça, je vais aller prier et pour que sa devienne le vrai argent. Je lui ai donné 500 000 fr CFA et il m’a remis les œufs. C’est lorsque j’étais allé dans la brousse pour faire la prière et revenir que la patrouille m’a arrêté ».

Le groupement de la gendarmerie région maritime a présenté ces deux malfrats ce lundi 20 octobre 2014 à la presse à Tsévié.

Les forces de l’ordre et de sécurité, poursuivent les investigations afin de mettre la main sur le réseau. Toutefois, ils appellent toute la population togolaise à plus de vigilance pour ne pas être victimes de ces genres d’escroquerie et s’attirer en plus des ennuies.

Publier un Commentaire