Politique

Togo: L’UE demande des reformes avant les élections présidentielles de 2015

Togo UE

Le 02 Octobre au Ministère de la Justice, la 15ème session de dialogue entre le gouvernement togolais et l’Union Européenne (UE), a eu lieu. Au menu des discussions, il était question de différentes reformes que doit entreprendre le Togo avant les prochaines élections de 2015.

 

Zoom sur cette 15ème session

Ce jeudi au Ministère de la Justice, la délégation de l’UE au Togo a rencontré les administrateurs politique de l’Etat togolais, dans le cadre de la 15ème session de dialogue. Les discussions ont principalement tourné autour des réformes qui peuvent contribuer au développement inclusif et participatif du pays, ce que l’institution européenne insiste d’ailleurs de voir se réaliser avant les prochains scrutins de 2015.

La Ministre en charge de la Planification Djossou Semodji résume les sujets qui ont été abordés en 5 points :

-la préparation des élections présidentielles de 2015,

– les réformes politiques,

-les réformes judiciaires,

-les questions de développement et

-l’appui que l’UE et les Etats membres apportent au Togo dans le cadre du développement.

Pour plus d’explications, le Ministre déclare que sur les reformes politiques, ils avaient discuté un peu à propos du dialogue qu’il y a eu au Togo et de ce qui s’est passé également à l’Assemblée Nationale sur le texte que le gouvernement avait introduit. Selon lui, il y a avait un certain nombre de malentendu que le gouvernement espère être levé après ces discussions.

Des reformes pour un Togo plus épanoui

Cette rencontre a permis à l’Union Européenne de faire connaitre ses réelles intentions pour l’Etat togolais. Pour cette institution, la mise en œuvre des recommandations de la CVJR s’avère indispensable dans le processus de développement du pays.

« Il y a eu un accord dans les dispositions sur deux points :

–         Premièrement, le Togo a besoin d’un cadre juridique, d’un cadre constitutionnel de démocratie et depuis 2005, ce n’est pas arrivé malgré les dialogues, nous sommes convaincu que le plus tôt possible, il faut une disposition de tous les parties à la CVJR ;

–         Le second accord s’inscrit sous la mise en œuvre de la recommandation de la CVJR, on ne parle pas des mesures très concrètes et très précises, on parle seulement d’une société où tous les togolais puissent s’approprier du présent et laisser derrière le passé … », nous expliquait Nicolas Berlanga MARTINEZ, Chef de la délégation de l’UE au Togo.

L’Union Européenne promet continuer par insister sur ces réformes pour les voir être mises en œuvre le plus tôt possible.

Rappelons que l’UE n’est pas la seule à demander des reformes. Au cours de la semaine, les autorités religieuses du Togo, avaient également appelé le gouvernement et tous les partis de l’opposition à aller dans une reforme pour un Togo meilleur.

Publier un Commentaire