Societé

« Dzifa », un centre de prise en charge gratuit des femmes victimes de violences

violence femme

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’élimination des violences faites à l’égard des femmes, un centre de prise en charge gratuit des femmes victimes de violences a vu le jour dans les locaux de la Clinique Biasa à Lomé. Il s’agit d’une œuvre conjointe réalisée par la Clinique Biasa, la Fondation Robert Fiadjoe et le Groupe de réflexion et d’action Femme Démocratie et Développement(GF2D).

 

Un pas de plus dans la lutte contre les violences à l’égard des femmes

Malgré les multiples sensibilisations pour réduire la violence faite aux femmes, le phénomène ne fait qu’augmenter tant sur le plan mondial que sur le plan national. Les chiffres publiés lors de cette Journée Mondiale de l’élimination des violences faites à l’égard des femmes sont alarmants.

La Clinique Biasa, la Fondation Robert Fiadjoe et le Groupe de réflexion et d’action Femme Démocratie et Développement(GF2D), viennent de jumeler leurs efforts pour mettre en place un Centre Médical de prise en charge gratuit des femmes violentées.

Le centre dénommé Dzifa, qui vient d’être inauguré ce 25 novembre 2014, sera certainement d’une grande utilité, un grand appui pour le système en place qui œuvre déjà dans le domaine.

 

Comment bénéficier des services du centre Dzifa ?

La coupure du ruban symbolique, marque le démarrage des travaux du centre mais, les femmes victimes de violences doivent d’abord se référer au GF2D, et c’est à ce dernier de les recommander à Dzifa.

Docteur Moïse Fiadjoe, Directeur de la Clinique Biasa nous donne plus de précisions :

« C’est un centre qui est ouvert 24h sur 24, qui permet aux femmes victimes de violences référées par le GF2D, de venir consulter chez nous.

Le processus est le suivant, la femme victime de violence s’adresse d’abord au GF2D qui l’écoute et qui appel la clinique, et la clinique demande à ce que la femme vienne et en ce moment là, un médecin se tiendra à la disposition de la femme pour l’écouter, l’examiner établir un certificat médical et lui donner les soins appropriés.

Donc c’est un centre qui peut accueillir 24h/24 toutes femmes victimes de violences, référées par le GF2D ».

 

Le Centre Dzifa ne se limitera pas qu’à l’aspect médical

Pour rendre efficace la lutte contre le phénomène de la violence faite aux femmes, des séances de sensibilisation, d’information et de formation s’imposent.

Le GF2D a déjà mené plusieurs actions dans ce sens mais pour les prochaines fois, il sera appuyé par le centre Dzifa.

« L’un des objectifs du centre Dzifa est également d’appuyer les campagnes de sensibilisation d’information, contre les violences faites aux femmes. Alors nous, en tant qu’organisation de femme, nous faisons de la prévention et de la prise en charge lorsque les cas de violences se produisent malheureusement. La prévention en terme d’information de sensibilisation de la population sur la nécessité de protéger la femme comme personne humaine et de veiller au respect de sa dignité », indiquait madame Epiphanie Houmey Eklu-Koevanu Coordinatrice GF2D.

Et pour pouvoir bien mener ces actions, pour pouvoir prendre en charge un plus grand nombre de femmes violentées, un appel de soutien est lancé aux bonnes volontés.

Publier un Commentaire