Faits divers

Togo : Opposition et Société Civile annoncent des manifestations

La question des reformes constitutionnelles et institutionnelles continue d’animer les débats au sein des classes politiques et même au sein de la Société Civile. Les 21 et 28 novembre 2014 à Lomé, les partis togolais de l’opposition formant le Combat pour l’Alternance Politique (CAP 2015) et la Synergie des Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH), organisent des manifestations distinctes pour réclamer les reformes la présidentielle de 2015.

 

Opposition et société civile veulent prendre les taureaux par les cornes

La lutte pour obtenir les reformes constitutionnelles et institutionnelles avant la présidentielle de 2015 se poursuit.
Les partis politiques de l’opposition tels que l’ANC, la CDPA, le MRC, le NET, le PDP, le PSR, la SANTE DU PEUPLE et l’UDS, se sont regroupés pour former le CAP, Combat pour l’Alternance Politique.
En vue d’obliger le gouvernement à aller vers les réformes avant d’aller aux élections présidentielles en 2015, le CAP et la Synergie des Organisations de Défense des Droits de l’Homme (ODDH), organisent des manifestations les 21 et 28 novembre 2014 à Lomé.

 

Différentes manifestations pour le même son de cloche

Les 21 et 28 novembre prochains, il s’agira certes des manifestations distinctes mais avec un seul objectif.
Le CAP compte manifester le vendredi 21 novembre 2014 à Lomé. Dans un communiqué, les initiateurs invitent toute la population togolaise à se mobiliser pour « exiger l’adoption et la mise en œuvre consensuelles des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales avant toute élection au Togo ».
Les ODDH eux, se feront entendre le 28 Novembre 2014 à Lomé également. Ces défenseurs de droits de l’Homme invitent eux aussi les togolais à participer aux actions qui seront menées, dans l’espoir d’obtenir les reformes et de mettre fin à la gabegie biens nationales.
Le Bloc d’Action pour le Changement (BAC) de Thomas Kokou N’Soukpoé, va loin en demandant au parti au Pouvoir UNIR de soutenir cette initiative de l’opposition et de la société civile.

Publier un Commentaire