Economie

Ecobank: nouveau rebondissement dans l’affaire Thierry Tanoh

ecobank-crise

Le tribunal de commerce d’Abidjan à condamné le 15 janvier 2015 le groupe bancaire  Ecobank à verser 17 milliards de F CFA à Thierry Tanoh pour les préjudices subis pendant son licenciement à la tête de l’institution financière. Sans surprise, le groupe panafricain conteste la décision des juridictions ivoiriennes.

Dans un communiqué publié sur son site officiel, Ecobank ne reconnait point la compétence du tribunal de commerce d’Adidjan. « La position d’ETI est que le Tribunal Commercial d’Abidjan n’avait pas la compétence d’attribution requise pour statuer sur cette affaire et que sa décision est dépourvue de tout fondement. ETI estime que cette décision est dépourvue de tout fondement et crée un précédent très dangereux sur le plan juridique à plusieurs titres, ainsi que pour l’environnement des affaires dans le pays. La  seule raison donnée par M. Tanoh pour justifier l’engagement de son action en Côte d’Ivoire est qu’il est de nationalité ivoirienne », précise le communiqué.

Pour le groupe panafricain, le litige en question relève des compétences d’une juridiction civile et non commerciale. Ecobank estime également que seules les juridictions togolaises (pays où est basé le siège du groupe) et Britanniques (selon les clauses du contrat de Tanoh) sont compétentes pour connaître de l’affaire.

Pour rappel, Thierry Tanoh, actuel secrétaire général adjoint de la présidence de la Côte d’Ivoire a été emporté par la crise de gouvernance qui a secoué Ecobank en 2014. Ecobank Transnational Incorporated (ETI), la maison mère du Groupe Ecobank a, de son côté  déposé une plainte au pénal contre M. Tanoh, pour avoir gardé par-devers lui tous les dossiers officiels qu’il traitait en qualité de Directeur général du Groupe Ecobank et pour avoir supprimé tous les fichiers électroniques des ordinateurs officiels qu’il utilisait en cette même qualité.

Publier un Commentaire