Politique

Le CAP 2015 abandonne la rue pour surveiller le recensement électoral : la page des réformes, est-elle tournée ?

manifestation_cap 2015

Après leurs manifestations des 13, 14, 15 et 16 janvier dernier, les partis politiques de l’opposition regroupés en Combat pour l’Alternance Politique en 2015 (CAP 2015) ont décidé de quitter la rue pour surveiller l’opération de révision des listes électorales, sans que les réformes politiques ne soient mises en application. Est-ce à dire que l’opposition ira aux élections sans les réformes ?

 

C’est la question que se pose bon nombre de togolais.

Les opérations de révision des listes électorales pour le compte de la prochaine présidentielle ont commencé dans la première zone depuis le 20 janvier dernier.

La CENI et presque tous les partis politiques appellent le peuple togolais à considérer ces périodes et à aller se faire inscrire sur des listes électorales.

De son côté, le Combat pour l’Alternance Politique en 2015 (CAP 2015), qui entre temps, était dans les rues pour exiger les réformes politiques, a suspendu ses manifestations, afin de se consacrer à l’organisation de l’élection présidentielle. L’ANC et ses confrères invitent vivement leurs militants ainsi que toute la population togolaise, à aller se faire enrôler.

Par ailleurs, ils les exhortent également à faire preuve d’une extrême vigilance pour « empêcher les inscriptions frauduleuses, notamment, celles des mineurs, des étrangers et les inscriptions multiples ».

L’opposition togolaise s’est lancée donc dans une campagne de sensibilisation sur toute l’étendue du territoire afin de faire passer l’information.

Qu’en est-il des réformes constitutionnelles et institutionnelles que réclame le CAP 2015 depuis plusieurs mois? S’agit-il d’une trêve juste pour donner le temps à la population de se faire enrôler ou pouvons-nous dire adieu aux réformes ?

Publier un Commentaire