Politique

Réformes au Togo : Pas de consensus parlementaire

assemblée national togolaise

Les discussions en commission entamées depuis le lundi 05 janvier 2015 à l’Assemblée nationale sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles, ont été suspendues ce mercredi 07 janvier 2015, sans que les parlementaires ne soient parvenus à un consensus. L’Alliance Nationale pour le Changement, un parti politique de l’opposition parlementaire a fait le point au cours d’une conférence de presse.

Après 3jours de discussions à l’hémicycle, les élus du peuple se sont séparés ce mercredi 07janvier 2015 en queue de poisson. Les groupes parlementaires UNIR et ANC-ADDI, ne sont toujours pas arrivés à trouver un point d’entente sur cette épineuse question de réformes.
Qu’est-ce qui a été réellement dit ?
L’Alliance nationale pour le changement (ANC), a fait une sortie médiatique ce mercredi 07 janvier 2015 dans l’après midi pour faire le point à la population sur les 3jours de discussions.
D’après madame Isabelle Ameganvi, Présidente du Groupe Parlementaire ANC-ADDI, « La majorité souhaiterait que les pendules soient remis à zéro pour que Faure Gnassingbé brigue un nouveau mandat de deux ans ». C’est-à-dire que pour les députés UNIR, les réformes vont se faire à condition d’accorder 2 autres mandats au Président Faure Gnassingbé.
Cette proposition n’est pas du goût du groupe parlementaire de l’opposition ANC-ADDI, laissant au point mort les discussions.
L’ANC accuse alors le parti UNIR de refuser d’enclencher le processus des réformes puisque selon Mme Isabelle Ameganvi, «…Une partie de l’opposition a même proposé d’accorder un autre mandat de 5 ans au chef de l’Etat actuel. »
« Mais nos amis de la majorité ont refusé, voulant coûte que coûte les 10 ans » poursuit-elle.
« Aujourd’hui tout le monde peut connaitre celui qui bloque les reformes », avait laissé entendre le Président national de l’ANC Jean-Pierre Fabre.

Rappelons que la proposition de loi en examen, qui a été introduite par le groupe parlementaire de l’opposition, se résume essentiellement en la limitation du mandat à 2, puis l’adoption d’un scrutin présidentiel à 2 tours.
Est-ce à dire que les ODDH et le CAP 2015, seront de nouveau dans les rues le 13 janvier prochain ?

Publier un Commentaire