Faits divers

Encore un crime à Lomé : Une dame de 50 ans environ agressée et poignardée 9 fois à Djidjolé

 agression couteau

Madame Juliette, veuve d’environ 50 ans a été attaquée au petit matin du samedi 31 janvier 2015, derrière le commissariat de Djidjolé à Lomé, par deux hommes inconnus qui ont voulu l’égorger. Après tous ses efforts, elle a reçu 9 (neuf) coups de poignard au dos, dans la nuque et sur les bras.

 

Les actes criminels et ignobles ne font que se succéder dans notre cher pays le Togo. Depuis un certain temps, la population togolaise ne fait que vivre une série de drames, portant atteinte à la vie de paisibles et innocents citoyens. On n’a pas fini de parler des braquages et des tueries de jeunes filles et voilà qu’un autre drame vient de se produire.

Au petit matin du samedi 31 janvier denier aux environ de 4h30-5h, une dame d’environ une cinquantaine d’année a été victime d’une sauvage agression, derrière le commissariat de Djidjolé un quartier de Lomé. D’après les propos de cette dernière, elle revenait d’une veillée de prière et a été attaquée au portail de sa maison par deux Hommes inconnus qui lui ont pris son sac à main, dans lequel il n’y avait qu’une Bible.

 

Elle raconte les faits :

« Le vendredi dernier, j’étais partie à une veillée de prières dans l’enceinte du Collège Protestant d’Agbalépédo. La veillée a pris fin vers 4h30 minutes. Je cheminais avec cinq autres membres de notre église et à un niveau, nous nous sommes séparés et chacun a pris son chemin.

A quelques pas de notre maison, deux jeunes hommes à moto venant du côté de l’école primaire de Batomé, m’ont croisé. Moi j’avais cru qu’ils ont continué leur chemin, mais ils ont rebroussé chemin et m’ont poursuivi. Au moment où je sortais la clé de la serrure pour ouvrir le portail, l’un d’eux a sauté sur moi et tous deux nous sommes tombés.

Il tenait ma tête et c’est là que je me suis rendu compte qu’il tenait un long couteau. Lorsque j’ai senti qu’il tentait de m’égorger, j’ai serré le menton contre la poitrine pour l’empêcher de me trancher la gorge. Je lui ai dit de prendre mon sac qui ne contenait que la Bible, si c’est ce qu’il voulait.
Il ne parlait pas et cherchait par tous les moyens à me tuer.

Comme il n’avait pas accès à ma gorge, il m’a plongé le couteau dans la nuque, l’a tourné dans la blessure avant de la faire ressortir et de le plonger une seconde fois. Puisque je résistais malgré ses efforts, il m’a blessé au bras et au dos.

Je criais, mais personne ne sortait. Il a fallu que je crie de plus belle et préciser que c’est moi avant que les voisins ne se manifestent. Lorsque mes agresseurs ont senti qu’un voisin s’approchait, ils ont fui avec leur moto en emportant mon sac contenant ma Bible.
Le voisin, assisté d’un soldat les ont poursuivis mais ils n’ont pas pu les avoir.

J’ai été transportée à l’hôpital CHU Sylvanus Olympio, où j’ai reçu des soins. C’est lorsque je suis revenue de l’hôpital que certains voisins m’avaient fait savoir qu’ils avaient eux aussi vu deux jeunes hommes sur une moto à l’endroit où moi aussi je les avais vus avant qu’ils ne m’agressent ».

 

Les auteurs de cet acte odieux courent toujours dans les rues de Lomé. La police poursuit ses investigation pour les arrêter mais, la population est appelée à être de plus en plus vigilante, car ces actes ignobles deviennent de plus en plus fréquents à Lomé.

Madame Juliette est veuve avec un enfant et est revendeuse de beignet sur les pavés de Djidjolé.

Publier un Commentaire