Politique

CACIT en Sit-in ce 18 mars

 violence election

Le Collectif des associations pour la lutte contre l’impunité (CACIT) et les personnes victimes des actes de violences lors de l’élection présidentielle d’avril 2005, observent un sit-in ce mercredi 18 mars 2015, devant le ministère de la Justice, pour dénoncer le mutisme des tribunaux togolais autour des violences électorales de 2005.

 

Faut-il encore le rappeler, le scrutin présidentiel d’avril 2015 qui a amené l’actuel Président Faure Gnassingbé au pouvoir, a été accompagné des scènes de violences de toutes sortes, soldées par de nombreuses pertes en vie humaines et de blessés graves.

Ces victimes dont certains portent encore les séquelles de ces violences sur leurs corps, ont saisi des tribunaux togolais par le biais du Collectif des associations pour la lutte contre l’impunité (CACIT), pour que justice soit fait. Mais depuis 10 ans, malgré les recommandations de la CVJR, les plaintes formulées et déposées, n’ont été que de l’eau versée sur le dos du canard.

« Nous avons déposé des plaintes à Lomé, Aného, Amlamé, Atakpamé et dans d’autres villes du pays, mais ces plaintes ne sont jamais instruits », disait M. Spero, président du Collectif des associations pour la lutte contre l’impunité (CACIT).
Alors, le CACIT et les victimes ont décidé d’observer un sit-in ce mercredi 18 mars 2015, devant le ministère de la Justice, afin de réclamer justice.

Mais notons que le président de la Délégation spéciale de la ville de Lomé, le Contre-Amiral Fogan Adegnon, a demandé à CACIT d’aller faire le sit-in à la plage plutôt que devant le ministère de la Justice.

Mais à monsieur Spero de répondre : « Nous ne pouvons pas aller lire notre message face à la mer et revenir ensuite au ministère pour le remettre à qui de droit. Nous devons rester devant le ministère pour livrer notre message. C’est ce qui, à notre sens, est la meilleure procédure ».

Par ailleurs, le président du CACIT rassure toute la population en affirmant que le sit-in sera très pacifique et n’aura aucune incidence sur les activités de la Zone.

Publier un Commentaire