Education

Crise dans le social au Togo : la LTDH exige la démission d’Ahoomey-Zunu

 KPANDE-ADZARE ltdh

Ce mercredi 04 mars 2015, la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) s’est prononcée sur l’actuelle situation déplorable et inquiétante que traverse le front social au Togo. Par un communiqué, la LTDH accuse Faure Gnassingbé et son gouvernement d’être le responsable de cette crise qui ne fait que perdurer, et exige tout simplement la démission du Chef du gouvernement Kwessi Ahoomey-Zunu, des ministres des enseignements primaires et secondaires et de la fonction publique.

 

Depuis quelques semaines, le front social est en effervescence au Togo. Les travailleurs manifestent par des grèves et des sit-in répétés, pour réclamer du gouvernement une augmentation de salaires. Ces débrayages paralysent cruellement les activités dans l’administration publique ainsi que para publique, essentiellement dans le secteur de l’éducation et de la santé. Des citoyens meurent dans les hôpitaux par faute de soins pendant que des élèves manifestent dans les rues pour réclamer leurs cours.

Face à cette situation, la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) inquiète, a publié un communiqué mercredi dernier.

Pour cette organisation de défense des droits de l’Homme, les premières autorités togolaises sont responsables de cette crise et donc, le Premier ministre Ahoomey-Zunu et ses collègues doivent démissionner.

 

Voici pour vous le communiqué de la LTDH en intégralité :

 

DECLARATION

LA LTDH EXPRIME SON INDIGNATION FACE À LA CONSTANTE DÉGRADATION DES SECTEURS ÉDUCATIF ET HOSPITALIER ET DEMANDE LA DÉMISSION DE M. AHOUMEY-ZUNU, PREMIER MINISTRE ET MINISTRE DE LA SANTÉ, DES MINISTRES DES ENSEIGNEMENTS PRIMAIRES ET SECONDAIRES ET DE LA FONCTION PUBLIQUE.
Depuis quelques semaines déjà, la grogne sociale a atteint une étape non acceptable avec une dégradation aiguë et systématique des activités dans les centres éducatifs et hospitaliers. Les apprenants sortent massivement dans les rues depuis lundi jusqu’à ce jour, et on note dans leurs rangs des blessés graves. Les familles sont obligées de repartir avec leurs malades soit à la maison, soit dans des centres de santé privés si elles en ont les moyens.
Cette situation a été observée sur toute l’étendue du territoire nationale et partout où elle est allée, la Cellule Enquêtes et Investigations de la LTDH a été alarmée de voir des familles venir chercher et/ou repartir avec leurs patients, et plus détressant, ceux qui se trouvent dans un état agonisant.
La LTDH impute toute la responsabilité de cette situation délétère au gouvernement qui d’abord a, à travers la voix de son Chef, le Premier Ministre AHOUMEY-ZUNU, adopté une attitude de mépris et d’arrogance à l’égard des travailleurs, ensuite sorti un communiqué, relayé par ses Ministres, pour menacer de licenciement les travailleurs qui observeraient le mouvement de grève.
La LTDH dénonce cette attitude du gouvernement qui a opté de financer les élections sur fonds propres, après avoir refusé de faire les réformes démocratiques exigées par le peuple, et maintenant incapable de faire face aux contraintes sociales les plus impérieuses.
La LTDH demande en conséquence la démission de M. AHOUMEY-ZUNU, en sa double qualité de Premier Ministre, Chef du gouvernement et Ministre de la Santé, ainsi que des Ministres des Enseignements Primaires et Secondaires et de la Fonction Publique.
Face à l’incapacité notoire du gouvernement, la LTDH demande au Président Faure Gnassingbé de prendre personnellement à bras le corps la question des travailleurs pour y apporter des solutions appropriées, afin d’éviter que la situation ne pourrissent d’avantage.

Fait à Lomé, le 04 Mars 2015
Le Président,

Maître Raphaël N. KPANDE-ADZARE

Publier un Commentaire