Education

La crise sociale au Togo : d’où viendra la solution ?

 en greve

La classe politique togolaise, ainsi que des regroupements, réagissent par rapport à la crise sociale que traverse le Togo. Le Cap 2015, le CAR et le MCD interpellent le gouvernement togolais et lui demande de trouver des solutions appropriées pour satisfaire les revendications des travailleurs du Togo. De son côté, le Mouvement des jeunes républicains (MJR) d’Adou Seibou, demande à la STT et aux élèves de mettre de l’eau dans leur vin.

 

Les activités continuellement paralysées dans l’administration publique et parapublique par des grèves et des sit-in, des manifestations des élèves dans les rues, des malades laissés à eux-mêmes dans les hôpitaux, des scènes de violences, des menaces de licenciement, telles sont les réalités que vit la population togolaise depuis plusieurs mois.

Afin d’obtenir satisfaction sans condition de ses revendications, la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) ne compte pas descendre de son piédestal. Pour cela, elle multiplie ses grèves et sit-in. De son côté, le gouvernement par le bais du Ministre Bawara ce 17 mars, se dit ne pas être prêt pour l’instant, à cause du financement de la prochaine élection, à satisfaire une revendication quelconque de la STT.

Pendant ce temps, les enfants sont dans les rues, les malades meurent dans les hôpitaux. Que faire ?

Le Combat pour l’alternance politique en 2015 (Cap 2015), le Comité d’action pour le renouveau (CAR) et le Mouvement Citoyen pour la démocratie (MCD), interpellent le gouvernement togolais. Ces partis politiques de l’opposition déplorent et condamnent les conséquences des grèves, puis demandent au gouvernement de chercher et trouver rapidement des solutions idoines pour satisfaire aux revendications des travailleurs.

Quant- au Mouvement des jeunes républicains (MJR) d’Adou Seibou, la STT et les élèves doivent jouer balle à terre. La STT doit diluer un peu son vin et les élèves ne doivent pas sortir dans les rues lorsqu’il y a grève. Ils devraient au contraire rester chez eux pour lire leurs cours.

Et vous chers lecteurs et lectrices, quelle solution proposez-vous pour le dénouement de cette crise sociale dans notre pays ?

Publier un Commentaire