Education

Tumulte à Gléi ce mercredi

manifestation dapaong

De violents affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants ce mercredi à Gléi dans la préfecture de l’Ogou, ont été soldés d’après le gouvernement par Vingt (20) blessés dont trois (3) graves au sein des forces de l’ordre dont un (1) officier de gendarmerie, vingt-trois (23) blessés légers parmi les manifestants, d’importants dégâts matériels sur les véhicules des forces de l’ordre, dont sept (7) ont été sérieusement endommagés, l’arrestation de dix-neuf (19) manifestants dont 4 élèves et un étudiant.

 

Au travers d’un communiqué du gouvernement a annoncé ce mercredi 25 mars 2015, que des syndicalistes issues des sections locales de la Synergie des travailleurs du Togo (STT) et des élèves, auraient observé une manifestation violente à Gléi ce 25 mars 2015, entrainant le blocage de la route nationale no1.

Des forces de l’ordre qui étaient envoyé sur place pour ramener l’ordre, ont été lynchées. Les affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordres ont été soldés par un bilan de Vingt (20) blessés dont trois (3) graves au sein des forces de l’ordre parmi lesquelles un (1) officier de gendarmerie, vingt-trois (23) blessés légers parmi les manifestants, d’importants dégâts matériels sur les véhicules des forces de l’ordre, dont sept (7) ont été sérieusement endommagés, l’arrestation de dix-neuf (19) manifestants dont 4 élèves et un étudiant.

 

« Les appels à la grève de la STT sont l’occasion pour certains enseignants, se réclamant des sections locales de la synergie, d’organiser des assemblées générales dans les établissements scolaires aux heures réglementaires de service.

Pire, ces syndicalistes se permettent à l’issue de leur regroupement, d’aller d’établissements en établissements pour déloger, parfois agresser ou intimider leurs collègues et les élèves qui font les cours ainsi que les compositions et les devoirs. Dans certains établissements, les élèves ont été incités à perturber le déroulement normal des cours et des compositions en délogeant leurs camarades tant de leur établissement que des établissements environnants en usant de violence et des voies de fait avec des jets de pierre et des armes blanches (…).

Dans certaines localités, ces agissements ont été suivis des actions et du blocage de la circulation, notamment sur les voies publiques. Ce fut le cas ce mercredi 25 mars dans la localité de Gléi, préfecture de l’Ogou. Après avoir délogé les élèves des classes, les manifestants ont érigé des barricades et empêché toute circulation sur la nationale n°1 sur une distance d’environ 1km (…).

Alertés, les éléments des forces de sécurité se sont transportés sur les lieux où ils ont été accueillis par des jets de pierre et des projectiles d’une rare violence. Il a fallu l’intervention des renforts, des forces de 3ème catégorie, venues de Témédja pour aider à repousser les manifestants extrêmement violents et agressifs, afin de ramener le calme dans la localité et de rétablir la circulation (…) ».

Le gouvernement déplore « la multiplication des incidents, le déferlement des violences orchestrés par certains syndicalistes », et rappelle aux auteurs de ces actes inciviques, qu’ils encourent des conséquences dramatiques.

Publier un Commentaire