Election Présidentielle 2015 au Togo

Élection Présidentielle au Togo : Qui est Jean-Pierre Fabre ?

 candidat Jean pierre fabre

Il est l’un des 5 candidats en lice pour l’élection présidentielle du 25 avril prochain, représentant du CAP 2015 mais qui est-il? Lomé Infos vous invite à aller à la découverte de ce candidat.

 

Biographie

Jean-Pierre Fabre est un authentique togolais, né le 2 juin 1952, dans une famille de neuf enfants, de Louis Henri Fabre et de Dovi Franklin. Jean-Pierre Fabre est marié et père de trois enfants.

Il a fait ses études primaires à Lomé, les études secondaires au collège Saint-Augustin de Togoville, puis au collège Saint-Joseph de Lomé où il décrocha son baccalauréat, avant de s’envoler vers la France pour y poursuivre ses études universitaires. Là, il obtint une maîtrise en sciences économiques, il se spécialise en administration des entreprises (DESS) à l’Université des Sciences et Technologies de Lille.

Jean-Pierre Fabre revint au Togo en 1979, et fut enseignant des matières comme la statistique, la finance et les sciences économiques à l’Université de Lomé, puis secrétaire général d’un important groupe d’études en architecture et urbanisme de 1981 à 1991.

A l’aube des années 1990, Jean-Pierre Fabre étant un chantre des droits de l’Homme et de la liberté d’expression, devint directeur des publications d’un des premiers journaux libres du Togo « La Tribune des démocrates et Le Temps des démocrates ».

Tout ce parcourt a permis à monsieur Jean- Pierre Fabre, d’entrer tout doucement dans la vie politique de son pays.

 

 

Parcours politique

En 1980, Jean-Pierre Fabre s’est engagé dans la lutte pour la liberté, la justice et la démocratie au Togo, qui était sous le régime du dictateur Gnassingbé Eyadema. Ce désir de libérer le Togo l’a amené à contribuer à la création de la première Organisation non gouvernementale (ONG) : « la Ligue togolaise des droits de l’homme » (LTDH).

En 1991, Jean-Pierre Fabre fut désigné comme Porte-parole de la Conférence nationale souveraine (CNS), organisée au Togo pour lancer le processus de transition démocratique à la suite d’une série de mouvements de contestation de la jeunesse togolaise, éprise de liberté et dopée par tous les changements en Europe de l’Est et le fameux Discours de La Baule de François Mitterrand.

Plus tars en février 1992, il participe à la création du parti Union des forces de changement (UFC), en tant que regroupement de huit (8) partis politiques notamment UTR, PFC, MTD, FCDDT, SDT, ATD, PDU et UDS, tous se réclamant de l’héritage de l’ex-Comité de l’Unité togolaise (CUT). Et pendant longtemps, Jean-Pierre Fabre a œuvré à la tête de ce parti comme Secrétaire général, aux côtés du Président national du parti Gilchrist Olympio, pour s’opposer farouchement au régime en place, l’ancien parti unique, le Rassemblement du peuple togolais (RPT) de feu Gnassingbé Eyadema et de son successeur Faure Gnassingbé.

En 2007, Fabre fut élu député au Parlement et fut le président du groupe parlementaire UFC à l’hémicycle.

En mars 2010 lors de l’élection présidentielle, à cause des problèmes de santé du président national de l’UFC Gilchrist Olympio, lui empêchant de se présenter, Fabre fut désigné par ses pairs comme candidat du FRAC (Front républicain pour l’alternance et le changement), regroupant des partis de l’opposition comme l’ADDI, l’Alliance, le PSR, Sursaut-Togo et l’UFC, à cette élection, en remplacement de Gilchrist Olympio.

Selon les résultats proclamés, Faure Gnassingbé est sorti vainqueur de cette élection mais, cette victoire fut longtemps contestée par Jean-Pierre Fabre et ses compagnons, qui organisaient des manifestations hebdomadaires chaque samedi pour réclamer leur « victoire volée ». Malheureusement ou heureusement, l’UFC était dans l’incapacité de fournir des preuves de sa victoire car lors d’une intervention policière dans le centre de données traitement de l’information de l’UFC, les forces de l’ordre procédèrent à la saisie des copies de procès-verbaux et du matériel informatique utilisé pour le recomptage des votes, et à la destruction de toutes preuves matérielles.

 

 

De l’UFC à l’ANC

Après cette mésaventure de Jean-Pierre Fabre et son camp à l’élection présidentielle de mars 2010, Gilchrist Olympio, le président national de l’UFC, au nom de la paix, décide unilatéralement, sans consulter ses pairs, de rejoindre le gouvernement de Faure Gnassingbé. Il a été suivi par quelques personnes dans cette vision. Ce comportement de Gilchrist Olympio a amené la division au sein de l’UFC et le 10 octobre 2010, l’Alliance nationale pour le changement (ANC) fut créée par Jean-Pierre Fabre et ses compagnons.

Jean-Pierre Fabre a été désigné comme président national de l’ANC depuis lors.

 

Présidentielle 2015 au Togo, que propose Jean-Pierre Fabre ?

Le président national de l’ANC Jean- Pierre Fabre, toujours dans le souci d’amener l’alternance au Togo, a encore une fois accepté d’être candidat à l’élection présidentielle prévue pour le 25 avril 2015, aux côtés de 4 autres candidats, mais cette fois-ci au nom du CAP 2015, un regroupement de certains partis politiques de l’opposition, l’ANC y compris.

Le 8 avril dernier, Fabre en présence de ses collaborateurs qui sont les responsables des autres partis du CAP 2015, a exposé lors d’une sortie médiatique, son projet de société pour le Togo, confiné dans un document titré : « Mes engagements pour le Togo ».

« Les propositions, contenues dans ce document, répondent aux grands défis qui interpellent la société togolaise, après plusieurs décennies d’une crise sociopolitique larvée, qui a sapé les fondements de l’Etat, de la République et de la Nation. Il s’agit en effet  de :

1)     reconstruire l’Etat en instaurant la démocratie et l’Etat de droit ;

2)     recoudre le tissu social;

3)     garantir la sécurité des personnes et des biens sur le territoire national ;

4)     construire une économie dynamique et durablement prospère ;

5)     engager  une politique sociale, culturelle et sportive volontariste ;

6)     réhabiliter la femme;

7)     conduire une diplomatie pragmatique.

Mon programme s’articule donc autour de ces (07) sept  grands axes que j’entends développer ensemble avec tous les Togolais sans exclusive, dès mon accession à la magistrature suprême de notre cher pays le Togo.

Ce programme condense les actions majeures que j’entends réaliser à court, moyen et long terme, pour voir notre pays, tourner définitivement le dos à l’arbitraire et aux voies de fait érigés en politique de gouvernement, à la gabegie et à la corruption pratiquées à tous les niveaux des secteurs publics, parapublics et voire privés, au pillage systématique des ressources nationales au sommet de l’Etat, à l’impunité, aux violations répétées de la Constitution et des lois, aux élections truquées et sans lendemain, à la déliquescence de l’Etat, au risque d’implosion de la Nation. (…)

Le moment est donc venu pour chacun de nous, d’agir en toute conscience, pour marquer de son empreinte la nouvelle ère qui s’annonce en allant résolument porter son suffrage sur Jean-Pierre Fabre, le candidat de CAP 2015,

[poll id= »10″]

Publier un Commentaire