Election Présidentielle 2015 au Togo

Réactions des partis politiques après John Mahama

 reaction

A 5 jours de l’élection présidentielle c’est-à-dire le lundi 20 avril 2015, les 5 candidats en lice pour la compétition, ont rencontré le président de la CEDEAO et lui ont exposé leurs différentes inquiétudes par rapport au prochain scrutin.

 

Nous vous proposons la lecture des déclarations faites par les 4 candidats de l’opposition à l’issue de la rencontre avec le président Mahama.

 

 

Gerry Komandega Taama du NET : 3 problèmes majeurs
« (…) Comme l’avait promis M. Mahama Dramani, de revenir pour voir un peu comment nous les acteurs nous percevons ce processus, il a été question de cela.

J’ai trois types de préoccupations.

La première, elle concerne le bulletin de vote, vous savez que tout le monde critique ce bulletin de vote, la deuxième préoccupation, concerne le vote surprenant cette année des anciens combattants pour le vote anticipé des forces armées, et puis la troisième préoccupation concerne le logiciel « Succès ». Vous savez que ce logiciel pose beaucoup de problèmes. Ça a été les trois grandes préoccupations.

Le président de la CEDEAO rencontre après nous la CENI, il a promis transmettre l’ensemble de nos préoccupations à la CENI en vue de voir si on peut trouver des solutions immédiates ou futures. Et comme il l’a fait l’année dernière, il a pris de nouveau l’engagement d’ouvrir incessamment juste après ces élections, un débat profond sur la question des réformes dans notre pays ».
Jean-Pierre Fabre ANC / CAP 2015 : Pas du tout rassuré

« Nous avons exprimé nos préoccupations au président Mahama au sujet surtout de la procédure de diffusion des résultats par « Success » ou « Succès », je ne sais pas quoi. Et la plus grande partie de la rencontre a porté sur ça. Parce que nous disons que nous ne voulons pas de ce système de publication, de proclamation des résultats. Vous êtes au courant du débat que ce système amène au Togo. Il a promis discuter avec la CENI, avec le Chef de l’Etat.

Je ne peux pas dire que je suis rassuré. Je ne suis pas rassuré. J’ai exprimé mes préoccupations ».

Le Professeur Aimé Tchaboré Gogué de l’ADDI, empêché par la campagne électorale à l’intérieur du pays, a été représenté au cours de cette rencontre avec le président Mahama par monsieur Atsou Kodjogan.

Monsieur Atsu Kodjogan : ADDI n’est pas contre « Succès » mais faute de consensus, on garde la compilation à partir des procès verbaux
« Nous avons évoqué les différentes difficultés autour du processus, notamment l’authentification du bulletin de vote, parce que c’est un moyen que certains partis utilisent pour faire des fraudes.
Nous avons estimé qu’il était important d’authentifier le bulletin de vote à partir de la signature de quelques représentants, un représentant du pouvoir, un représentant de l’opposition qui pourrait être tiré au sort par bureau de vote.

Ensuite nous avons évoqué le processus de compilation des résultats. Vous l’avez appris, on parle de logiciel « Succès ». Ce logiciel, on n’est pas contre, il faut évoluer. On peut utiliser des méthodes modernes pour compiler les résultats. Mais il n’y a pas consensus autour. C’est venu un peu dans la précipitation. Donc nous avons souhaité garder que ce qui est conforme au code électoral, c’est-à-dire la compilation à partir des procès verbaux émanant des bureaux de vote ».
Monsieur Gaston Kolani, Directeur de campagne du candidat Tchassona Traoré du MCD, a été le représentant du MCD à cette rencontre : « il faut donner les résultats bureau de vote par bureau de vote selon notre code électoral en vigueur »
« Nous avons évoqué certaines préoccupations notamment l’authentification des bulletins de vote, et la manière dont il faut proclamer les résultats, puisque c’est ça qui est très important. Nous avons soulevé ces inquiétudes et il a pris bonne note. Il va discuter avec la CENI et on verra ce qui va sortir.
Il a souhaité que les élections se passent dans l’apaisement. On lui a dit, il n’y a pas de problème, mais seulement, avant ces élections, qu’on prépare tous les esprits. C’est dans ce sens qu’on disait que l’authentification des bulletins est très importante et la transmission des résultats, c’est-à-dire, il faut donner les résultats bureau de vote par bureau de vote selon notre code électoral en vigueur ».

Publier un Commentaire