Election Présidentielle 2015 au Togo

Présidentielle 2015 au Togo : Fabre aurait-il accepté sa défaite ?

 fabre-visage

Le Candidat du CAP 2015 à l’élection présidentielle du 25 avril dernier Jean-Pierre Fabre, semble être bien silencieux depuis un moment, après avoir dénoncé un « coup de force électoral » et contesté verbalement la victoire de Faure Gnassingbé. Pourquoi ce silence de la part du principal challenger de Faure ? Aurait-il réalisé et accepté sa défaite ?

 

Le 3 mai dernier, la Cour Constitutionnelle rendu son verdict sur l’élection présidentielle d’avril 2015. D’après ces résultats définitifs le candidat de l’UNIR Faure Gnassingbé est sorti vainqueur avec 58,77% des suffrages exprimés, contre Jean-Pierre Fabre du CAP 2015 avec 35,19%.

Mais bien avant la proclamation de ces résultats définitifs par la Cour Constitutionnelle, CAP 2015 et son candidat Jean-Pierre Fabre n’avaient pas accepté les résultats provisoires de la CENI. Ils avaient contesté la victoire de monsieur Faure et avaient fait mention d’un « énième coup de force électoral », avant de publier le 2 mai, des résultats issus des compilations réalisées par le CAP 2015, conférant la victoire à Jean-Pierre Fabre.

En plus de n’avoir pas fait recours à la Cour Constitutionnelle pour contester la victoire de Faure, CAP 2015 est resté muet, même après la proclamation des résultats définitifs par la Cour Constitutionnelle, suivi de la prestation de serment du Président élu.

Ce silence laisse beaucoup de questions dans la tête des militants du CAP 2015 et de bon nombre de togolais. Selon des rumeurs, soit monsieur Fabre aurait fait un deal avec le pouvoir en place, ou soit il aurait reconnu entre temps qu’il a effectivement perdu cette élection.

Mais apparemment, aucun de ces deux arguments ne tient devant CAP 2015. La coalition serait confrontée à un manque cruel de stratégie, pour arracher le pouvoir des mains de Faure Gnassingbé. Ce mardi 05 mai, Jean-Pierre Fabre a réagi depuis son QG à Ablogamé.

« Il ne faut pas laisser les gens se décourager. Nous ne voulons pas commencer des choses qui vont échouer. C’est pour ça qu’on prend le temps pour bien réfléchir. Des gens sont déstabilisés, d’autres sont dans la détresse. Nous pensons beaucoup à ces gens et nous réfléchissons à ce qu’il faut faire », avait-il laissé entendre.

Par quel moyen le CAP 2015 compte t-il « reprendre le pouvoir » comme il le désire ? La question reste posée mais pendant ce temps, le président élu pour un 3ème mandat est rentré en fonction depuis le 4 mai dernier.

Attendons de voir la suite.

Publier un Commentaire