Politique

L’ANC et le CAR: Les meilleurs amis hier, les pires ennemis aujourd’hui !

Isabelle Ameganvi ANC
Battue à plate couture au dernier scrutin présidentiel, l’opposition togolaise continue de ruminer sa défaite cuisante. Au lieu de tirer les leçons des erreurs du passé et se repositionner pour essayer de battre dans les urnes, l’adversaire commun, aux prochaines  échéances électorales, les principaux partis de cette sensibilité politique, se plaisent à jouer depuis plusieurs mois, à un jeu de ping-pong, en se lançant des pics par médias interposés.
Après avoir dénoncé un coup de force électoral, ce qui n’en était pas un, selon les rapports des différentes missions d’observations électorales dépêchées au Togo, les leaders de l’opposition se livrent à une guerre intestine, rejetant mutuellement la faute sur l’autre d’avoir « saboté » la démarche unitaire qui, selon leur conviction, devrait aboutir à l’alternance, tant prêchée par cette même opposition.

Les duels Abass Kaboua et Jean Pierre Fabre, Jean Kissi et Eric Dupuy, James Amaglo et Jean Eklou, sont toujours présents dans les esprits. Ces derniers jours, c’est le tour d’Isabelle Améganvi (Photo) de l’Alliance Nationale du Changement (ANC) qui lance une fusée verbale à l’encontre des membres du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR).
Réagissant la semaine dernière suite aux propos d’un responsable du CAR selon lesquels, l’ANC avait collaboré avec l’adversaire lors de la présidentielle du 25 avril dernier, Me Ameganvi a riposté en accusant à son tour le CAR et l’OBUTS d’Agbéyomé Kodjo, d’avoir « trahi la lutte ».
« Nous savons désormais que le CAR et OBUTS n’ont pas les mêmes objectifs que l’ANC. A partir d’aujourd’hui, je combattrai le CAR et OBUTS au même titre qu’UNIR », a déclaré l’avocate.
Cette dernière soutient que le CAR n’a rien fait pour obtenir les réformes constitutionnelles et institutionnelles avant la présidentielle d’avril dernier, qui’il a plutôt donné des instructions à ces délégués de l’intérieur de battre campagne pour UNIR, afin de nuire à l’ANC et perpétuer le règne de Faure Gnassingbé sur le Togo.
« Je connais un responsable du CAR dans cette localité (préfecture de Kloto) qui était candidat du CAR aux législatives de 2013 et qui a battu campagne pour UNIR à la présidentielle de 2015. Les gens l’ont surnommé dans la localité « Vénavito » (père de jumeaux). Le CAR est devenu le principal parti adversaire de l’ANC et sera traité ainsi », a martelé Isabelle Améganvi.
Avec la tournure que prennent les choses dans les rangs de l’opposition, il est désormais clair que l’alternance politique tant recherchée, demeure une illusion. Dans la mesure où, ceux qui étaient des alliées dont le but était de renverser le pouvoir, se regardent désormais en chiens de faïence.
L’opinion selon laquelle les « opposants » au Togo sont guidés par des intérêts partisans, se révèle être une évidence. Et pourtant, ces derniers disent incarner le changement et porter en leur sein, les revendications du peuple.
Comme le clame haut et fort, Isabbelle Ameganvi en ces termes : « Au sein de l’opposition politique togolaise, il y a de ces partis qui travaillent contre les intérêts du peuple togolais. Mais nous, nous travaillons pour le bien-être de nos populations ».
De quel peuple s’agit-il? Celui a donné quitus à Faure Gnassingbé pour son 3è mandat? Sacré opposition!

Publier un Commentaire