People - ShowBiz

l’Observatoire Togolais des Eglises (OTE) s’arme contre les faux pasteurs

ote
Elles sont légions et se retrouvent  à chaque coin de la rue. Allusion faite aux églises dites « éveillées » ou « charismatiques » dont le nombre tourne autour de six cent (600) rien qu’à Lomé, la capitale togolaise, selon les derniers chiffres publiés mardi 1er septembre 2015 par  l’Observatoire Togolais des Eglises (OTE).
Lors d’une rencontre avec la presse, les responsables de l’observatoire ont dévoilé les activités menées à ce jour et ce depuis deux ans, par l’OTE. Ceci,  en vue d’apporter sa contribution aux côtés des pouvoirs publics pour restaurer l’ordre et la discipline dans la maison du Christ, mieux, assainir le Corps du Christ.
En effet, l’on note beaucoup de dérives au sein des entités ecclésiastiques dans le pays. Ce qui fait souvent l’objet de plaintes de nombreux citoyens. Entre autres : des écarts de conduite de certains pasteurs,  des  affaires d’escroquerie,  de scandale sexuel,  des problèmes de nuisances sonores, des attaques entres pasteurs, du maraboutage, la politique politicienne dans certaines églises, etc.
Face à ces dérapages, l’OTE intervient donc pour rappeler à l’ordre des brebis galeuses  des églises qui pour la plupart, échappent au contrôle de l’autorité publique. En d’autres termes, l’observatoire exerce un contrôle régalien pour ramener la paix dans l’église.
« La liberté religieuse ne veut pas dire semer du désordre. Nous travaillons donc à ôter dans les rangs des hommes de Dieu, les faux pasteurs qui ont transformé le service de Dieu en un véritable fonds de commerce », a martelé le Rév. Cyrus Padabadi (photo au milieu), président de l’OTE et pasteur de l’église « Mission Peuple de Dieu » (MPD).
« Au Togo, les hommes de Dieu perdent de leur autorité, de leur influence, de leurs privilèges, ce qui n’est pas de nature à conforter leur pouvoir effectif pour agir efficacement sur l’érection d’une cité paisible », souligne ce dernier, lors d’une conférence-débat sur le thème : Rôle citoyen de l’Eglise dans la cité ».
« Les hommes de Dieu, sous d’autres cieux, sont considérés et vénérés, non seulement pour le fait qu’ils sont investis de l’autorité divine, mais pour les actes qu’ils posent et qui reflètent les attributs de Dieu », ajoute le Rév. Cyrus Padabadi.
Il recommande aux hommes de Dieu de rompre avec les propagandes égoïstes et à œuvrer véritablement pour le salut des âmes.
Il y a de cela quelques mois,  un pasteur qui avait distribué de l’argent à certains jeunes dans la région de la Kara (nord de Lomé), afin que ceux-ci simulent des maladies lors d’une campagne de prière et de guérison qu’il organisait au Palais de Congrès de la ville, a été appréhendé par la gendarmerie ainsi que les jeunes, peu avant que « les miracles » ne se produisent.
Par ailleurs, il est à noter que les églises ont le même statut que les associations. Mais, fort est de constater que les fondateurs déboursent la rondelette somme de 150 mille F CFA pour l’obtention du récépissé, contrairement aux associations qui ne paient que 15 mille.
Est-ce une manière des autorités togolaises de combattre la prolifération des églises? S’interrogent les responsables de l’OTE, qui s’insurgent contre cette situation. Car, faut-il le rappeler, nombreux sont ces églises qui n’ont pas d’agrément.
A souligner que l’Observatoire Togolais des Eglises (OTE) organise périodiquement des formations et séminaires ateliers à l’endroit des pasteurs.

Publier un Commentaire