Sports

Défaite des Eperviers du Togo: Le prix de la complaisance et de l’insouciance

conf2 - Edited

Après le stade de Kégué, les Eperviers du Togo ont fait piètre figure dimanche face aux Cranes de l’Ouganda, au Mandela Stadium de Kampala, en match comptant pour la manche retour du 2ème tour des éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018.

Face à des Ougandais qui avaient de rêvent pleins la tête, après la victoire étriquée à Lomé, les Eperviers partiront d’entrée avec la défaveur, suite à la nouvelle défection de rois autres jours à savoir les Frères Ayité (Jonathan et Floyd) et Jacques Alaixys Romao.

Les poulains de Tom Saintfiet le paieront cash dès l’entame de partie avec une ouverture de score de Jefrey Masa dans les touts premiers instants. Les Togolais ressortiront la tête peu-à-peu mais ils replongeront complètement dans les cinq dernières minutes de la première partie. C’est Faruku qui sera leur bourreau. Celui-ci signera un doublé.

Dans ses prises de décision, Tom Saintfiet se montrera complètement à côté de la plaque avec déjà un onze de départ critiquable et des changements à la hussarde. S’il peut se dédouaner par une absence de profondeur de banc, il trouvera néanmoins face à lui les défenseurs de la thèse selon laquelle, il a fauté dans la convocation même de son effectif pour ces deux rencontres, en se privant de par des situations précédentes du portier Kossi Agassa ainsi que d l’attaquant togolais Shéyi Adebayor.

Aussi, si certains peuvent se demander qui sont ceux qui ont fait venir le technicien Belge au Togo, il y a à n’en point douter que d’autres répondront qu’il n’a profité que de la passerelle à lui offerte par les Togolaiseries animés aussi bien par des responsables de la FTF que du ministère des Sports qui, au lieu de penser aux intérêts sportifs dans le recrutement d’un technicien pour les Eperviers, n’ont eu qu’à se tirailler sur ce qui rentrera directement dans leurs poches quand celui qui sera recruté venait à être leur protégé.

Aujourd’hui avec Tom Saintfiet, le Togo ne verra pas la hase finale du CHAN 2016 mais aussi, l’aventure pour le Mondial 2018 s’arrête à la porte de la phase de poules de ces éliminatoires.

Quant on sait qu’il n’y a pas deux sans trois, il y a en tout cas à craindre que le troisième dans le contexte actuel ne soit une élimination de la course pour la CAN 2017, même si le Togo est premier de son groupe. Jusqu’à quand ? Bon à suivre !

Source : Telegramme228

Publier un Commentaire