Faits divers

L’Ong « La Tour des Cités » réclame ses matériels de sonorisation

DSC05293

Créer les conditions d’une croissance économique plus inclusive à travers le renforcement de l’employabilité des jeunes et la promotion de l’entreprenariat dans les secteurs porteurs, voilà la mission que s’est assignée l’Ong « La Tour des Cités » qui  initie périodiquement des séances de formation dans divers domaines d’activité.

Jeudi 03 décembre, environ 350 jeunes, hommes et femmes,  issus de toutes catégories professionnelles,  ont entamé de nouveau, une formation de deux jours au siège du Centre sis au quartier Avedji à Lomé.

Venus de divers horizons de la capitale et ses quartiers périphériques, les participants ont été outillés sur les techniques de rédaction des projets, sur comment créer leur propre entreprise, la fabrication du savon, du détergent, du lait soja, du shampoing, du balsam, du chocolat ; les colliers et boucles d’oreilles base de perles qui demeurent aujourd’hui un créneau porteur.

La formation aurait pu se dérouler dans de meilleures conditions si les formateurs avaient pu communiquer librement et sans effort avec l’assistance.

Eprouvant toutes les difficultés de communiquer à l’endroit de tout ce beau monde, sans matériels de sonorisation adéquats, ces derniers ont été donc contraints de présenter les différents panels à voix sèche. Une situation qui n’est pas de nature à réjouir ni  les organisateurs de cette formation ni l’assistance.

En témoignent ici les quelques participants, qui n’ont pas caché leur désarroi :

« Nous n’écoutons rien de  tout ce qui se dit par les formateurs, l’endroit est vaste, certaines personnes aussi font du bruit et les enfants aussi crient à tue-tête, ce serait mieux si on utilisait un micro », a lâché en substance  Noelie Adossi, élève en classe de 1ère.

Très intéressée par la question qui « fâche », sa voisine Blandine vociféra en ces termes : « C’est impossible de suivre cette formation dans ces conditions ; sans micro, sans haut-parleur, en plus la voix de la formatrice ne porte pas du tout vu que nous nous sommes assises derrière ; il faut qu’on trouve une autre solution, restituez-nous les matériels de sono, c’est un métier d’avenir qu’on nous apprend ici ».

Décidé à aller jusqu’au bout de cette affaire qui oppose le Centre de formation au sieur Missité, et tout en espérant que la justice dira le droit lors du délibéré prévu le 09 décembre prochain, monsieur Kogon Bernard (photo), fondateur de la « Tour des Cités » a réitéré jeudi son appel à l’endroit de tous les Togolais, notammentaux autorités du pays à « nous aider à récupérer nos matériels de sonorisation qui nous servent de matériel de travail ».

Lesquels ont été « injustement »  saisis par Me Klouvi, huissier de son Etat, sous l’ordre du secrétaire général de la Justice, Komlan Missité, son voisin direct qui use de tous les moyens afin que le centre soit délocalisé pour des raisons de « nuisance sonore ».

A noter que « La Tour des Cités » a formé depuis 2007, plus de 10 000 personnes en Entrepreneuriat classique, artisanal et industriel.

 

 

Publier un Commentaire