Santé

Le SYNPHOT a-t-il enterré sa hache de guerre avec le gouvernement ?

gilbert synphot

Du 22 au 26 février, le Syndicat des praticiens hospitaliers du Togo mène la « campagne pour le sourire ». Elle vise à offrir du sourire aux patients. Une initiative qui ne cache pas les rapports souvent orageux entre le gouvernement et les praticiens.

« Le but principal est de contribuer à l’amélioration de l’accueil dans les formations sanitaires du Togo. Notre objectif est d’œuvrer à l’érection d’un système de santé de qualité, qui octroie à notre population quel que soit son niveau social, des soins de qualité tout en garantissant aux prestataires de soins et des conditions optimales de vie et de travail pour mieux servir, sauver des vies et permettre à notre population de sourire à la vie en étant en bonne santé », a expliqué Dr Gilbert Tsolényanu (photo), membre du Synphot.

L’opération de charme à l’endroit des patients, n’occulte pas les revendications du personnel soignant qui engendrent des relations conflictuelles entre le Synphot et le gouvernement. Les grèves perlées observées dans les centres de santé du Togo l’année dernière pourraient surgir si les autorités togolaises ne respectent pas leur parole donnée.

Pour le moment, le syndicat semble lâcher du lest. Une accalmie qui coïncide avec la nomination du Pr Moustapha Mijiyawa. Interrogé sur les rapports conflictuels avec le gouvernement, Dr Gilbert Tsolényanu semble éluder la question.

« Il s’agit de revendications que le gouvernement même reconnaît, légitimes, dans le seul et unique but de doter notre pays d’un système de santé de qualité qui nous met à l’abri de catastrophes sanitaires, cas de l’épidémie d’Ebola et d’autres, qui ont des conséquences socio-économiques dramatiques pour les pays », a-t-il affirmé.

Pour l’heure, les praticiens proposent aux patients du sourire. Vivement que ce calme règne dans les hôpitaux du Togo pour le grand bonheur des malades.

Source : Icilome

Publier un Commentaire