Education

L’Ong SADD plaide pour le respect des droits des travailleurs domestiques

Ong SADD
En dépit des multiples efforts du gouvernement et ses partenaires sociaux, le travail domestique demeure l’une des pires formes d’emploi les plus précaires: rémunération dérisoire, manque de protection sociale, abus de tout genre notamment chez les filles mineures.
 
A en croire Yves Dossou, Coordonnateur national de l’Ong Solidarité et Action pour le Développement Durable (SADD), ces graves déficits de travail auxquels sont confrontés les travailleurs et travailleuses domestiques, résultent de leur vulnérabilité juridique et sociale.
 
« Ils sont exclus de la protection effective que confèrent la législation nationale du travail et les régimes de sécurité sociale », relève ce dernier.
 
Il est à noter qu’à ce jour, le Togo n’a pas encore ratifié la Convention 189 de l’OIT sur le travail domestique. Et c’est un peu regrettable, car c’est un texte spécifique qui protège essentiellement les travailleurs domestiques.
 
Afin d’entreprendre donc des actions de plaidoyer pour relever les défis des injustices sociales, l’Ong SADD a initié un séminaire atelier de formation à l’endroit d’une trentaine de travailleurs domestiques sur la législation sociale togolaise et la Convention 189 de l’OIT.
 
Des responsables d’Ong chargées de placement des domestiques prennent également part à cette formation de deux jours, laquelle se tient du 21 au 22 mai 2016 dans la capitale togolaise.
 
A en croire M Dossou, la rencontre devrait permettre aux participants d’être suffisamment outillés sur leurs droits et devoirs et 
d’avoir par la même occasion, une meilleure connaissance des textes, lesquels se révèlent être « caduques », qui les protègent dans la législation sociale du Togo.
 
Il s’agira également d’amener ces derniers à distinguer la législation spécifique aux travailleurs domestiques de la générale.
 
Dans notre pays, souligne Ekpe Dela Mensah (photo), Inspecteur du Travail et des Lois sociales, « les textes spécifiques concernant le travail domestique date de l’époque coloniale, ces textes ne sont pas actualisés et il est nécessaire qu’un travail de plaidoyer soit fait afin que l’État et les structures en la matière puissent adopter un nouveau texte spécifique aux travailleurs domestiques ».
 
« Il est important que ces dispositions soient intégrées dans un texte spécifique aux travailleurs domestiques parce que certaines dispositions du cadre général sont difficilement applicables pour les travailleurs domestiques et voir les difficultés auxquelles sont confrontés ces travailleurs domestiques vu la spécificité de ce travail il est important daller vers cette ratification », a suggéré M Mensah.

Publier un Commentaire