Jeunesse et emploi

Evala 2016 : La Kozah fera vibrer les arènes à partir du 1er Juillet prochain

evala togo

A environ 400 km au Nord de Lomé, la préfecture de la Kozah, capitale de la région de la Kara sera sous les feux des projecteurs du monde entier dès le mois de juillet. Le Pays Kabyè, nanti de quinze cantons, ouvre le bal des luttes traditionnelles Evala.

Le calendrier établi par le regroupement des chefs traditionnels de la préfecture de la Kozah offre un spectacle culturel du 1er au 17 juillet 2016. Entre concerts géants, randonnées touristiques, expositions et foires, arènes de luttes, reportage et grandes couvertures médiatiques, c’est surtout les opérateurs économiques et les secteurs de l’hôtellerie et du tourisme qui en sortiront grands bénéficiaires. Mais, derrière les projecteurs de caméras, les rites initiatiques.
Evala constitue un rite initiatique permettant à un jeune initié (évalou) de rejoindre la classe des adultes à 18 ans. C’est la marque de l’âge de maturité. Chez les filles, c’est « Akpéma ». Chacun de ces rites identiques, à quelques exceptions près, chez tous les clans (cantons et villages), est prévu pour se dérouler dans la même période de juillet à Août. Comme tous les ans, le ton sera donné par la descente du souverain sacrificateur « Tchodjo » ou « prêtre traditionnel » à Pya-Lao le vendredi 1er Juillet.
S’en suivront des empoignades dans chaque canton. Des préliminaires aux finales, les luttes sont organisées de sorte à révéler le meilleur village (coalition) dans chaque canton, ainsi que les meilleurs lutteurs de chaque canton. Bien que les festivités soient retranchées pour la plupart dans les montagnes, c’est toute la ville de Kara et ses environs qui vibre au rythme de grandes ambiances avec l’arrivée massive des personnalités politiques et administratives, dont le chef de l’Etat, les kabyè de la diaspora et des touristes d’une grande diversité. Les cérémonies seront clôturées par un championnat SUPER EVALA au stade municipal de Kara le 17 juillet.
D’ores et déjà à Lomé, les places sont réservées souvent au-delà d’une semaine dans les différentes sociétés de transports qui font les navettes Lomé-Kara.
Source : Icilomé

Publier un Commentaire