Economie

LONATO : Les loméens, de plus de plus accros à la loterie

lonato

Les habitants de Lomé aiment bien les jeux de chance:  casino, machine à sous, loterie etc. Cette dernière serait un pari juteux pour la Lonato , entendez Loterie Nationale Togolaise.

A l’aube comme à midi, du matin comme à la tombée de nuit, les joueurs bondent les kiosques à jeu. Et ces derniers se positionnent dans chaque coin de Lomé. Le public des parieurs est élargi: directeurs de société, employés, chômeurs, étudiants, élèves et surtout des revendeuses.

Il arrive parfois où certaines personnes sacrifient leurs argents de poche ou du moins le peu qu’ils ont pour tenter leurs chances. Quand ils gagnent, c’est la fête mais quand ils perdent, c’est des grincements de dents, des querelles familiales qui se créent à tout bout de champ.

A chaque jour de pari, son nom. Les lundis on parle de Lotto Diamant; les mercredis c’est Lotto Benz; et chaque vendredi on parle de Lotto Kdo. Ce n’est pas tout. Les week- ends sont consacrés au Lotto Sport.

Au fil du temps, une relation de confiance s’est nouée entre ceux qui enregistrent les paris (collecteurs) et les parieurs qui sont leurs clients. On parle aujourd’hui de « forecast » pour désigner le système qui permet aux collecteurs de détenir des numéros de jeu. Ils peuvent les fournir aux clients moyennant une rémunération ou non.

Des rumeurs fusent de partout dans ce domaine. Tantôt on parle d’un nouveau stratège recruté par la Lonato pour mieux sélectionner les numéros gagnants. D’autres évoquent les milliards que cette société remporte à chaque jeu.

C’est devenu un véritable business. On dirait que des gens ne font que ça. De jour comme de nuit, stylo à la main, ils fouillent , farfouillent pour traquer dans les tirages précédents , des numéros susceptibles d’être choisi au tirage.  Des presses contenant des tirages depuis au moins deux ans existent  et les abonnés se ruent là-dessus.

Il n’est pas rare de voir la Lonato, dépassée par les payements de gain créant de l’amertume au niveau parieurs . Récemment, la société a eu du mal à payer en 24 h quelque 3 800 000 000 de francs aux gagnants.

Publier un Commentaire