Et si le togolais Gilbert Houngbo devenait le prochain président du FIDA ?

Category: Afrique, Agri - Environnement 100 0

Mardi prochain à Rome sera le jour du vote décisif devant permettre d’élire le président du Fida (Fonds international de développement agricole). Parmi les 7 candidats qui aspirent à ce poste se trouve l’ancien premier ministre togolais Gilbert Houngbo.

Houbgbo n’est tout de même pas novice dans ce domaine, de par le passé, il a eu de hautes responsabilités au sein du Système des Nations Unies en étant par exemple sous-secrétaire général de l’ONU et directeur régional du Bureau du PNUD pour l’Afrique. Actuellement, il est le directeur général adjoint de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Toute porte donc à croire qu’étant appuyé par le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé voire la Cédéao, il sera sans doute reconnu comme le plus méritant.

« Si je suis élu Président, , je poursuivrai le programme d’une  amélioration  institutionnelle  continue et de positionnement  stratégique  du  FIDA  sur  la  scène internationale du développement. Ceci  inclura  un rôle accru dans les processus internationaux de suivi de mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD). J’investirai également pour que l’engagement politique soit renforcé aux plans international, régional,  national et  local. (…) J’aurai pour objectif une augmentation considérable du financement des opérations du FIDA et poursuivrai la réforme et les améliorations de l’efficacité organisationnelle » écrit M. Houngbo dans sa profession de foi.

Le FIDA est une banque d’aide au développement qui a pour vocation d’aider financièrement, comme bailleur de fonds et organisateur, au développement agricole et rural dans les pays en développement et en transition. Il a pour mission la lutte contre la faim, la malnutrition et la pauvreté par l’amélioration des techniques agricoles et la modernisation du secteur. Relevons que ce fonds agricole mène des projets avec la Banque Mondiale, la PNUD, la Programme Alimentaire Mondial (PAM) et l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Ajouter un commentaire