Politique

Coup de gueule de Nicolas Lawson à l’endroit de CAP 2015 du Groupe des 6

Nicolas Lawson, président du PRR n’est pas nouveau dans les histoires de conseils à prodiguer à telle ou telle personne. Il est bien connu et invité sur plusieurs médias où à ses discours tapageurs crée un remous au sein de population. Ce 21 mars, il a publié un message aux sens profonds appelant les Togolais à s’unir dans la lutte démocratique. Le pays selon ses dires traverse une crise multiforme  qui ternit son image. « Je voudrais vous rappeler fraternellement que vous n’arriverez jamais seuls, avec vos partis politiques, à nous rassembler pour la grande œuvre de redressement national » puisque le pays traverse «  crise multiforme ».

Selon lui, c’est le peuple qui désigne qui il veut pour tel ou tel poste et par-là, il est aussi le seul jury qui peut punir et remettre quelqu’un à sa place. Nicolas dit ouvertement : « Sachez également que la forme de gouvernement souhaité, quoique représentative, il est évident que les opinions, les préjugés, les intérêts et même les passions du peuple ne peuvent trouver d’obstacles durables qui les empêchent de se produire dans la direction générale de la société. Vos factions ne font que s’agiter sans cesse, en cherchant à attirer dans leur sein une portion du peuple et à s’en faire un appui ».

Vu  la crise que traverse le pays, il souhaite que chacun se tourne vers l’avenir pour pencher changement. Et donc « cette opposition permanente »  entre partis politiques est fatale pour l’avenir des enfants. Ce qui signifie que lorsqu’il y a plus de deux partis  « cela devient néfaste et compromet l’état social de paix, d’ordre et de discipline indispensable au développement économique et social »  constate le président du PRR.

Au lieu d’aller solliciter l’aide de pays extérieurs quant aux réformes, Nicolas préconise de prendre en compte la Constitution togolaise et de penser à réaménager les textes pouvant permettre de faire des élections à deux tours si tel est le souhait des partis politiques. «  Le Togo n’est-il pas un pays indépendant ? Notre peuple n’est-il pas le seul souverain et le seul en capacité de changer légitimement la loi fondamentale devant déterminer la conduite de notre vie en commun? » S’est-il demandé.

Et pour finir il demande que chacun cesse de s’agiter et d’accuser le peuple. Tout ce qu’il faut faire est de mettre fin aux intérêts personnels pour l’intérêt collectif. Après tout, le message public indique que c’est  les « divisions »  et « égocentrismes » qui entravent la lutte démocratique.

 

Que celui qui a des oreilles entendent !

Publier un Commentaire