Interview - Analyse

Togo : Retour sur la souffrance que représente la rivière de Boko pour la population de Vo

La plupart des localités du Togo sont à reconstruire. Qu’il s’agisse des pistes rurales ou encore moins des écoles, centres de santé, etc , un travail de fond reste à faire. Certaines populations manquent de tout et de rien. Dans cette souffrance quotidienne qui ne dit pas son nom, l’absence de ponts sur de grandes rivières redonne du fil à retordre aux uns comme aux autres. Localités difficiles d’accès, c’est la croix et la bannière !
Le Mouvement Martin Luther King revient encore mais cette fois avec un plaidoyer à l’endroit des autorités qui dit-il devrait construire un pont sur la rivière de Vo.
Elle est située entre le village de Boko (vo -sud )et celui d ‘Atsansi (vo Nord ) débouchant sur le chef lieu de la préfecture de Yoto . Cela fait donc 50 ans que cette rivière qui doit plutôt relier les populations les enclave. Un véritable coup de massue asséné aux deux parties de la préfecture de Vo et surtout aux activités commerciales.

Comme souligne le Mouvement , pendant ce cinquantenaire, « il y a eu des morts d ‘hommes sur cette rivière par noyade et des victimes de pertes énormes des produits agricoles et commerciaux dans l’ eau ». Ce qui revient à en déduire que la rivière fait plus de mal que de bien. Il y a donc péril en la demeure.
La situation devenant inquiétante, un natif du milieu a dû remuer ciel et terre « pour ériger bon gré mal gré un ponceau mais sans soutien d’État il n’a pu achever les travaux laissant toujours le goût amer aux habitants ». Raison pour laquelle le « présent plaidoyer du MMLK auprès du Chef de l’ État et le programme du PUDC est bien approprié à combler l’ attente des populations de cette partie de VO qui ont trop souffert ».
Le Mouvement Martin Luther King espère que son cri de détresse tombera dans des oreilles attentives afin que les voix les plus autorisées puissent intervenir dans cette affaire.

 

Publier un Commentaire