Education

Éducation Togolaise : A quoi sert finalement le probatoire ?

Le débat sur le probatoire communément appelé Bac1 refait surface et c’est le Mouvement Martin Luther King Togo qui le pose sur la table de discussion. Le constat est frappant, réel et laisse à désirer. L’on n’échoue plus à cet examen préparatoire qu’au Baccalauréat ouvrant sur la vie universitaire. Des milliers pour ne pas dire des millions d’élèves ont abandonné les classes à cause d’un mal famé Bac 1 qui n’est demandé à aucun concours de recrutement. Si telle est la situation, pourquoi le maintenir ?

De tous les pays de la sous-région, le Togo est le seul à maintenir cet examen qui fait chaque des victimes en désordres. Dans une certaine mesure, on pourrait penser que le Togo s’ancre sans cesse dans des systèmes vieillots dont certains ont déjà oublié l’existence.

Et pour cela, le MMLK pense que le gouvernement doit organiser des états généraux de l’éducation dans l’optique de procéder aux réformes de l’heure.
Au mouvement de qualifier cet examen d’ornement sans valeur ni gloire. En d’autres termes, il n’y a rien de profitable à courir derrière un diplôme qui n’est ni reconnu au pays ni à l’étranger. Et pourtant c’est la croix et la bannière pour les apprenants et leurs parents qui ne cessent d’exprimer leurs indignations.
Ainsi donc,  le Mouvement « La voix des sans voix », demande une uniformisation permettant au Togo  d’adapter le système éducatif togolais aux normes régionales et internationales.
Un appel est lancé pour la  suppression dudit examen. Cela ne sera possible qu’avec les acteurs du système éducatif. Ils sont conviés à relancer le débats et pousser les concernés à trouver des résolutions solides. Les jours à venir nous diront si cet examen préoccupe les premiers responsables de l’éducation nationale.

Publier un Commentaire