Politique

21 Juin : Le Togo a encore célébré la fête de ses martyrs

Ils sont tombés pour la Patrie. Ils ont donné de leur sang pour que le Togo soit libéré. Et chaque 21 juin, le pays célèbre la fête des martyrs en mémoire de ceux et celles qui connus ou pas, ont joué un rôle , on ne peut plus salvateur dans la vie de notre nation.

En guise d’hommage, le chef du gouvernement Komi Sélom Klassou a déposé mercredi un gerbe à la place des martyrs. Il était accompagné par le président de l’Assemblée nationale Dama Dramani, des membres du gouvernement, des officiers supérieurs des Forces Armées Togolaises (FAT) et des chefs traditionnels.

« Ces braves et dignes citoyens de premières heures, qui sont tombés sous les coups lâches de leurs bourreaux. Nous nous inclinons sur leur mémoire une fois encore pour leur témoigner toute notre gratitude et leur garantir que leurs actions ne seront jamais vaines ». a laissé entendre le colonel Inoussa Djibril, porte-parole des FAT lors de la cérémonie.
Selon l’histoire, cette célébration renvoie aux années de lutte pour l’indépendance au Togo c’est-à-dire entre 1956 et 1960. On retiendra que l’année 1956 rime avec maintient de l’influence française sur ses colonies qui pour la plupart réclamaient sans relâche leurs indépendances.
D’abord, la France s’appuie sur la loi cadre ( ou la loi Gaston Deferre) pour accorder l’autonomie à ses colonies dont le Togo était considéré comme pays « d’expérimentation ».

Pas question disaient les membres du CUT et Juvento appelés nationalistes. Leur refus catégorique parvient à la tribune onusienne sous forme de pétition. L’ONU a accepté prendre les taureaux par les cornes en voyant une mission de supervision avec à sa tête un libérien du nom de King.
La délégation sillonnait tranquillement le Togo jusqu’au jour où arrivé à Lama Kara plus précisément à Pya Hodo. Les nationalistes ont organisé une grande manifestement pour dit-on montrer leur ras-le-bol aux missionnaires onusien en ce qui concerne le statut d’autonomie du 21 juin 1957.
Devant la colère des manifestants, l’armée coloniale tira sur la foule faisant 20 morts. C’est donc depuis ce temps que le 21 juin est devenu au Togo, un jour férié et payé.

 

Publier un Commentaire