Politique

Togo : Découpage et création de communes, l’ANC y voit de « l’incongruité »

 

Le Groupe Parlementaire de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) n’est pas sur le même diapason que les gouvernants. La proposition de loi portant création de nouvelles communes est passée à l’Assemblée nationale comme une lettre à la poste. Cependant, l’ANC y voit un coup de force, minutieusement orchestré par les députés de l’Union pour la République (UNIR), le parti au pouvoir.

Tout d’abord, l’ANC fait savoir que les élections locales traînent depuis bientôt 13 années. Le gouvernement joue à un jeu sans pareil avec pour objectif de retarder lesdites élections au Togo. Pour la principal parti de l’Opposition, « Ces élections, objet d’un engagement spécifique du gouvernement auprès de l’Union Européenne en avril 2004, devraient se tenir dans les 12 mois, et donc au cours de l’année 2005 ».
A l’heure actuelle, le gouvernement divague, passe du coq à l’âne sans toucher le fond de ce sujet urgent. Il « multiplie les projets de loi et de décret, les ateliers et les séminaires, les missions d’information et les feuilles de routes, en se ménageant le temps d’échafauder, un véritable plan de division tribale du pays avec une discrimination abjecte des populations et des citoyens dans leurs droits et prérogatives constitutionnels, de manière à amplifier dans le vote, les accents tribaux qu’il ne cesse de développer » insiste le parti de la députée Isabelle Ameganvi.

Dépouiller les villes de leurs noms en les morcelant en 116 communes ne réjouit en rien ce Groupe Parlementaire. « Ainsi, le nom légendaire de la capitale Lomé et les noms historiques de nos cantons et de nos villes comme Cinkassé, Dapaong, Mandouri, Namoundjoga, Bogou, Mango, Gando, Kantè, Niamtougou, Pagouda, Lama, Kara, Guérin-Kouka, Bassar, Bafilo, Sokodé, Tchamba, Tchébébé, Adjengré, Djarkpargan, Boulohou, Blitta, Anié, Atakpamé, Datcha, Gléï, Morétan, Elavagnon, Morétan, Kougnohou, Kamina-Akébou, Badou, Klabè-Efoukpa, Hihèatro, Amlamé, Amou-Oblo, Kpélé-Elé, Kpélé-Adéta, Danyi –Elavanyo, Danyi-Atigba, Kpalimé, Kpadapé, Kouma, Agou-Nyogbo, Amoussou-Kopé, Notsé, Asrama, Tohoun, Kêkplemé, Tsévié, Agbélouvé, Mission-Tové, Kévé, Noépé, Tabligbo, Kouvé, Ahépé, Vogan, Akoumapé, Togoville, Afagnagan, Attitogon, Anèho, Agbodrafo, Glidji, Agoè Nyivé, Adétikopé, Légbassito, Bè, Amoutivé, Baguida, Aflao-Gakli, Aflao-Sagbado disparaissent pour faire place à des incongruités parmi lesquelles : Cinkassé1, Tone2, Kpendjal1,Kpendjal ouest2, Tandjoare2, Oti1, Oti-Sud2, Kéran3, ,Kozah4, Binah1, Doufelgou2, Assoli3, Bassar 4, Dankpen3, Tchaoudjo 4, Sotouboua 3, Mô1, Tchamba3, Blitta2, Anié1, Ogou3, Haho2, Est-Mono3, Moyen-Mono1, Akébou2, Kpélé1, Danyi2, Kloto3, Agou2, Avé1, Zio4, Vo1, Yoto2, Lacs3, Golfe1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 etc » note t-on dans le texte qui nous est parvenu.

« Le Groupe Parlementaire ANC a déjà suffisamment marqué au cours des travaux en commission, au travers de maintes propositions d’amendements et autres recommandations systématiquement rejetées par le gouvernement soutenu par sa majorité parlementaire, sa totale désapprobation du projet de loi, tel que soumis par le gouvernement, et indiqué son intention de voter contre, si le gouvernement persiste dans son refus d’y corriger les incongruités et aberrations flagrantes et criardes qui sont autant de facteurs de discrimination et de division, mettant en danger la paix et l’unité nationale ».

Que pensez-vous de cette situation ?

Publier un Commentaire