Societé

Ablogamé, une véritable lagune sans pirogues

Il y a certains quartiers de Lomé qui ne méritent plus une seule goutte d’eau. Pendant que le ciel arrose les champs au grand bonheur des paysans, les habitants d’Ablogamé ( un quartier populaire de la ville) sont dans l’impasse. Chacun depuis sa demeure se pose mille et une question sur ce qu’il doit faire pour vaquer librement à ces occupations. Il n’y a nulle part où passer si ce n’est dans l’eau.

Il sonnait 7 h dépassé ce samedi lorsque dame nature a décidé de faire jaillir de grosses gouttes de pluie sur Lomé. Mais petit hic, la pluie de la semaine a déjà tout mis à l’eau. Sur les rues, difficile de trouver une place sèche, les motos refusent de circuler. Seuls quelques piétons embarrassés se profilent sous la fine pluie qui dure déjà plus de 3 h de temps.
Sur les ruelles, les flaques d’eau se sont mutées en de véritables lagunes sans pirogues mais bien profondes avec à leurs fonds cailloux, briques concassées et détritus de bois.
Ici, quand il pleut les piétons sont confrontés à deux situations. Ou ils marchent à pieds pour se rendre là où ils souhaitent ou payer cher les conducteurs de taxi moto. En ces temps-ci, ceux qui paient par exemple 200 F pour leur trajet peuvent être obligés de dépenser le double car la chanson des conducteurs est : « Les rues sont impraticables ».
Et c’est dans ce problème que végète ce quartier pas des moindres à Lomé. De même, les riverains pour la plupart sont les premiers à déverser les raclures et eaux usées partout. Odeurs nauséabondes et larves de moustiques ne manquent pas. Il n’y a même pas un seul samedi où on voit quelqu’un prendre son balaie pour mettre au propre marchés et lieux publics. Tout le monde s’occupe de sa devanture alors qu’ailleurs chaque 1er samedi au moins, le quartier observe l’opération Togo propre instituée par le gouvernement.

Il urge que les habitants assainissement leur entourage avant d’attendre une aide extérieure. A voir tout le mal que peut faire une petite pluie dans ce quartier , chacun doit reconnaître dans cette affaire le rôle qui lui revient.

Publier un Commentaire