Education

Le bras de fer continue entre les étudiants et les autorités de l’Université de Lomé

Dons remis aux agents chargés de la sécurité sur le campus de Lomé

Le combat entre étudiants et autorités de l’Université de Lomé est loin d’être conjugué au passé. Après des semaines caractérisées par des violences, des tirs de gaz lacrymogènes, des jets de pierre , le tout accompagné de tortures , les étudiants reprennent courage pour dénoncer une situation qui leur taraude l’esprit. La Ligue Togolaise des droits des étudiants et d’autres associations estudiantines critiquent ouvertement un don de matériels roulants, de menottes et autres remis par le président de l’UL,Prof Kokoroko aux policiers de ce temple du savoir. Une assemblée générale est donc conviée ce vendredi pour passer au peigne fin cette situation qui fait croire que les premiers responsables de l’UL jouent aux indifférents. Au moment où la plateforme revendicative des étudiants n’est pas pris en compte au point où cela ne débouche sur des affrontements entre forces de l’ordre et militaires, l’on dépense des millions pour s’équiper. Les apprenants demandent à ce que le professeur Kokoroko et sa collaboratrice Mme Kpegba s’excusent publiquement auprès d’eux . Et pour cause, plusieurs personnes ont été torturés ou du moins été victimes des dernières revendications universitaires. Au cas contraire, ces deux personnalités doivent démissionner.
De même, le bras de fer s’annonce rude comme en témoigne le communiqué des étudiants dont copie nous est parvenu. Lisez plutôt :

 

COMMUNIQUÉ
La Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE) a appris avec tristesse et amertume que le Président de l’université alors de sa prétendue cérémonie de remise de prix aux étudiants de la FDD et de la FASEG, a offert aux gardiens de l’université baptisés Police Universitaire des matraques, des voitures 4*4, des motos, des menottes et d’autres outils du même genre.

La LTDE s’étonne qu’on dépense ces millions pour équiper ces gardiens dont on connait le rôle dans l’arrestation, la brimade et la torture des étudiants les 14, 15 et 16 juin 2017 alors que ces fonds pouvaient servir à équiper tous les amphis et salles de cours de connexion WIFI ou satisfaire une bonne partie des revendications que nous posons (rénovation des toilettes, eau dans les cités universitaires, sonorisation des salles et amphis;etc…)

Cet acte du Président de l’université montre à suffisance qu’il n’a tiré aucune leçon des conséquences de la militarisation du campus par lui et prouve que ce dernier arme encore ses gardiens pour commettre des abus et violences sur les étudiants.

Face à cette situation de plus en plus inquiétante, la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants (LTDE), décidée à ne plus cautionner la gabegie du budget de l’Université, la mauvaise gestion des biens de cette université par le duo KPEGBA-KOKOROKO et l’arrogance et la dictature des autorités universitaires demande:

  • La démission du Président de l’université et de la 2e vice-présidente de l’université au cas où ceux ci refuseraient de présenter des excuses aux étudiants de l’université qu’ils ont injustement brimés, violentés, matraqués, blessés, gazés et arrêtés
  • la démission de AFANOU Kossivi (chef des gardiens) chef exécutant des décisions sadiques de la Présidence de l’université.

Par ailleurs, pour concrétiser ces diverses demandes et pour demander au ministre de satisfaire nos légitimes revendications, et enfin pour témoigner notre solidarité au Président SATCHIVI (Le Prof KOKOROKO lui interdisant de composer et de mettre pied au campus), la Ligue Togolaise des Droits des Étudiants, la Coordination des Elèves et Étudiants du Togo (CEET) et les Délégués conscients de l’université convient tous les étudiants et tous les délégués conscients à une urgente AG de protestation ce vendredi 07 juillet 2017 devant l’amphi 600.

NON A LA DICTATURE AU CAMPUS
OUI A L’AMÉLIORATION DE NOS CONDITIONS DE VIE, D’ÉTUDE ET D’ÉVALUATION.

Fait à Lomé, le 06 juillet 2017

Pour l’union,
Le Secrétaire Général,
Basile AMENUVEVE

Publier un Commentaire