Societé

Togo : La CSTT roule t-elle sur une base de division ?

Lorsque des travailleurs censés défendre leurs intérêts auprès de l’employeur se mettent en rangs dispersés, il est judicieux de se demander si ce n’est pas alarmante. La crise dure et elle perdure. La solution tardant à venir, les fédérations des professionnelles et des syndicats non fédérés à la CSTT (confédération syndicale des travailleurs du Togo) ont fait entendre leurs voix ce mercredi lors d’une conférence de presse.
Dans leur déclaration liminaire, ces syndicats disent « dénoncer une situation qui prévaut à la CSTT et attirer l’attention des uns et des autres sur les conditions floues et désordonnées dans lesquelles le congrès de notre confédération se prépare ». Elles expliquent leurs affirmations par le développement d’un « égoïsme et de la recherche d’intérêt personnel » au sein de la CSTT. Des défauts qui ne favorisent en rien le travail en commun.

Ainsi ,en Mars 2017 , une assemblée générale extraordinaire s’est tenue au siège de la confédération. Des appels ont été lancé pour mettre fin à la crise avec en toile de fond, la refondation de l’organisation conformément aux dispositions statutaires. « Dans cet esprit, il fut proposé la mise en place d’une commission d’organisation consensuelle incluant toutes les tendances pour la préparation de ce congrès extraordinaire » apprend t-on.
Peine perdue, les attentes sont loin d’être satisfaites. Cette crise oblige les fédérations FENET, FESTAATO, FESSEP, FTBC FESYTRAT, FENASYET à demander la convocation d’un congrès inclusif d’ici la fin de ce mois de juillet. L’objectif à en croire la déclaration est de « mettre fin à la situation de crise qui empoisonne la vie syndicale à la CSTT » puis «la mise en place d’un comité préparatoire du Congrès extraordinaire, afin de refonder la Confédération syndicale des travailleurs du Togo (CSTT) sur une nouvelle base solide, claire».
Par après, un congrès a été organisé au mépris des textes de l’organisation. De cafouillages en cafouillages, la crise s’enlise et plus rien ne va. Ainsi, les différentes fédérations , d’une seule voix exigent le respect sans conditions des textes régissant la CSTT ; la tenue d’une assemblé générale digne de ce nom, etc.

Tout compte fait, elles promettent faire feu de tout bout pour une résolution rapide de la crise.

 

 

Publier un Commentaire