Societé

Togo : Les réserves d’État ne le sont que de nom

Il est tout aussi rare et inconcevable de voir des individus s’emparer des terres de l’État. La routine c’est le contraire : voir l’État prendre avec ou sans force, une terre appartenant à autrui. Ce qui donne naissance aux domaines administratifs. Ce mardi, le Mouvement Martin Luther King (MMLK) enlève le voile sur les plans machiavéliques des citoyens qui utilisent les domaines de l’État à leur guise. La situation paraît anodine mais est porteuse d’enjeux pour les générations à venir.
Selon un communiqué du Mouvement, « Il est triste de constater que le patrimoine immobilier de l’ État, acquis soit après un morcellement ou l’extrait par les professionnels d’un domaine foncier privé individuel ou collectif , destiné à l’ utilité publique, est confronté de nos jours à la mauvaise foi et à la cupidité des agents du secteur ».
Contre toute attente, ce sont « des administrateurs et des géomètres des communes et des préfectur associés ». En laissant chacun y aller selon son bon vouloir, l’État risque de se retrouver un matin sans une petite parcelle pour l’agriculture.

La plupart des localités sont sous l’ administration des présidents de délégation spéciale, des préfets et des chefs traditionnels qui sont ceux là même qui s’adonnent à ces pratiques.
Les« simulacres d ‘ arrêtés de rétrocession , d’ attestations de droit de propriété et de certificats administratifs aux individus dès foi imaginaires ou n ‘ayant aucun droit » poursuit le MMLK.

Toutes ces gens ne sont rien d’autres que « des faussaires et des ennemis de la nation , ils méritent d ‘être traqués et livrés aux tribunaux afin qu’ ils répondent de leurs actes »
La Voix des Sans Voix demande un audit foncier à l’État pour clarifier cette situation. Aux « citoyens victimes de confiscation ou d ‘expropriation irrégulière et injuste des terres » il leur est demandé de crier justice. La solution la plus efficace reste un « code foncier avec un état des lieux ».

 

Publier un Commentaire