Societé

Voie Afagnan – Lomé : les chauffeurs vivent un chemin de croix

Tout le monde conviendra que sur la plupart des routes du Togo, les agents de sécurité profitent des conducteurs d’engins à deux ou quatre roues. À la moindre erreur, l’on demande de payer telle ou telle somme. Ce qui donne libre court à des pots-de-vin mettant en mal la lutte contre la corruption dans laquelle s’est lancé le Togo .
Ce mercredi, le Mouvement Martin Luther king dénonce et « condamne avec la dernière rigueur les raquettes savamment orchestrées au quotidien par les forces de sécurité les services douaniers et les militaires sur le tronçon Afagnan -Lomé dépouillant ainsi sans pitié les chauffeurs ».

Véritable chemin de croix pour ceux qui ont pour profession la conduite de voitures taxi et qui ne vivent que par cette activité. Sur la voie d’Afagnan , des agents routiers se permettent de réclamer de l’argent sur les marchandises. Inutile de parler de taxe, puisque cela ne l’est en rien . Ils se remplissent les poches en spoliant les chauffeurs.
Le MMLK lève le voile dans son communiqué sur ces conditions de travail qui sont tout sauf faciles. « Les routiers prennent 1000fr à Aného , sur les rails les douaniers prennent 200fr , sur n’importe quels baguages et marchandises même les légumes à Zébé sont taxés 200fr à l’ aller comme au retour. Pareil à Anfoin où les gendarmes empochent 200fr ,idem pour les douaniers à l’ aller comme au retour » clarifie le texte en notre possession. Au moins 1600 F par jour sans parler du prix du carburant qui flambe à tout moment.
Le Mouvement crie enfin haro sur ces agents « corrompus » pour qu’ils arrêtent cette pratique qui d’ailleurs enfonce le pays et appauvrit les conducteurs.
« Le pauvre conducteur, insiste le MMLK, rentre bredouille à la maison . En revanche , les fonctionnaires au service de la sécurité de l’ État s’en sortent avec des poches pleines attendant de pieds fermes leurs salaires à la fin du mois ». Un vrai paradoxe dans la mesure où le pays traverse une crise économique ouvrant gravement la porte à la corruption. Si plus d’un reconnaisse que la vie est « dure », cela signifie que personne n’a intérêt à léser son prochain.
En s’érigeant contre ces « comportements cupides , véreux et iniques auxquels les victimes sont finalement esclaves et exposés à tous les dangers », le MMLK ne comptent rien passer sous silence.
Un appel est lancé « aux services hiérarchiques de la sécurité et de défense en vue de mettre fin à ces pratiques malveillantes et honteuses qui ternissent l’image du pays et sabotent les efforts salutaires déjà entrepris ».
Les choses n’iraient pas mieux si chacun jouait pleinement sa partition ?

Publier un Commentaire